Ce vendredi 10 avril, le Conseil Supérieur de l'#Education (CSE) va étudier les différents projets du ministère de l'éducation. Parmi ces projets figurent une nouvelle réforme pour le collège ainsi qu'un nouveau calendrier scolaire. L'application de ces réformes est prévue pour la rentrée 2016.

La réforme du collège

C'est le plus gros morceau auquel doit s'attaquer le CSE. La réforme du collège prévoit plusieurs changements majeurs. Tout d'abord, chaque établissement décidera à hauteur de 20% de son emploi du temps. Cela permettra de pouvoir faire travailler les élèves en petits groupes et de mettre en place un accompagnement personnalisé pour chacun d'eux.

Toujours dans cette nouvelle réforme des collèges, la création des "Enseignements Pratiques Interdisciplinaires" (EPI) en 5ème, 4ème et 3ème. Ces EPI seront fait pour travailler en groupe sur des projets mêlant plusieurs disciplines.

Enfin, la réforme prévoit également la mise en place d'une "langue vivante 2" (LV2) à partir de la 5ème, soit un an plus tôt. Le but est d'alléger le programme de la 4ème et de faire en sorte qu'un élève maîtrise mieux la LV2 à la sortie du collège. Cette mesure pourrait également mettre fin aux classes européennes et bilingues.

Nouveau calendrier scolaire

Le calendrier scolaire fait également partie des projets du ministère de l'éducation. Il est déjà connu pour les trois prochaines années. Pour l'année scolaire 2015 / 2016, les enseignants reprendront le chemin de l'école dès le 31 août pour une rentrée des élèves le 1er septembre. Il en sera de même pour la rentrée 2016. En revanche, pour 2017, les professeurs reprendront le 1er septembre pour une rentrée le 4 septembre.

Ce projet a pour but de "se rapprocher le plus possible du rythme d'alternance sept semaines de classe / deux de vacances", le rythme idéal selon le ministère de l'éducation. Cela permettra également de décaler les vacances de printemps que les professionnels du tourisme, notamment dans les zones de montagnes, jugeaient trop tardives.

Ces réformes, qui seront donc étudiées aujourd'hui par le CSE, sont déjà controversées par quelques syndicats. Certains d'entre eux décideront, après l'examen du projet "des modalités d'actions nécessaires, y compris la grève", selon un communiqué.