La solidarité pour lutter contre la précarité. Face au nombre croissant de demandeurs d'emploi en France, plusieurs associations ou organismes ont lancé des initiatives solidaires pour permettre aux personnes sans #Emploi d'avoir les outils nécessaire pour retourner sur le marché du travail.

Manque de confiance en soi, absence de véhicule pour se déplacer, difficultés à rédiger un curriculum vitae... Les barrières d'accès à l'emploi sont nombreuses. Pourtant, des solutions existent mais encore faut-il savoir où les dénicher.

La cravate solidaire

Sans travail, pas d'argent. Sans argent, pas de virée shopping. Sans virée shopping, pas de costume, pas de cravate, pas de chaussures adéquates pour se rendre à un entretien d'embauche. Pourtant, face à un recruteur, même si l'habit ne fait pas le moine, il y contribue fortement. En partant de ce constat, Yann Lotodé, Nicolas Gradziel et Jacques-Henri Strubel, alors étudiants, ont lancé La cravate solidaire.

L'idée ? Récolter tous les accessoires pouvant constituer un habillement professionnel (vestes, pantalons, chemises, cravates, chaussures) auprès de particuliers ou en organisant des collectes en entreprises. Puis les distribuer gratuitement aux personnes qui en ont besoin pour passer un entretien d'embauche ou débuter un contrat de travail.

Rapidement, des conseillers en image et des recruteurs professionnels bénévoles ont rejoint l'association pour partager leurs savoirs et donner quelques conseils aux personnes qui doivent passer un entretien d'embauche.

En fin de compte, La cravate solidaire redonne une seconde vie aux vêtements qui dorment dans les armoires et rend service aux personnes sans emploi en leur redonnant confiance.

En trois ans, l'association a déjà habillé plus de 350 personnes en Ile-de-France et compte développer ses services en région.

Le coaching professionnel

Les demandeurs d'emploi ont souvent besoin d'aide pour rédiger un CV ou une lettre de motivation, même si de prime abord, ce n'est pas évident de le reconnaitre. Alors certains commencent par demander conseil auprès de la famille, des amis... Mais tout le monde n'est pas doué pour rédiger ce genre de document.

Aujourd'hui, de plus en plus de demandeurs d'emploi choisissent de consulter un coach professionnel mais cela peut parfois coûter cher. Face à ce constat, la mairie d'Arcachon a décidé d'agir.

Depuis le 13 avril dernier, la municipalité a mis en place un service de coaching gratuit. Trois anciens directeurs des ressources humaines, aujourd'hui à la retraite, se sont portés bénévoles pour offrir leurs conseils aux demandeurs d'emploi de la commune. Deux fois par semaine, ils les reçoivent en entretien individuel sur rendez-vous et les guident dans leur recherche d'emploi.

Ensemble, ils échangent autour du CV, de la lettre de motivation, du comportement à adopter lors d'un entretien d'embauche à travers des simulations. Les bénévoles tentent également de remotiver les demandeurs d'emploi et de leur redonner confiance.

Ce coaching gratuit est offert à tous les demandeurs d'emploi d'Arcachon, qu'ils soient diplômés ou non, sur simple rendez-vous (Numéro vert : 0800 50 57 00).

Les garages solidaires

Chercher du travail, c'est une chose. Se rendre à un entretien d'embauche, c'est autre chose. Très souvent, les personnes sans emploi n'ont pas les moyens financiers d'avoir un véhicule ou de faire réparer le leur lorsqu'il tombe en panne. Pour aider ces personnes dans le besoin, plusieurs garages solidaires ont vu le jour au cours des dernières années. L'idée étant de permettre à ceux qui n'en ont pas les moyens d'entretenir, de réparer ou d'acheter un véhicule à moindre coût.

Pour cela, certains garages ont fait appel à des apprentis en mécanique, d'autres à des mécaniciens en réinsertion professionnelle ou tout simplement à des personnes expérimentées souhaitant offrir de leur temps.

Généralement, les garages solidaires sont ouverts aux chômeurs de longue durée, aux personnes ayant des revenus inférieurs au SMIC et aux bénéficiaires de minima sociaux, mais aussi aux jeunes de moins de 26 ans en recherche d'emploi.

Crèche Solidarité Emploi

Seul, il n'est pas facile de trouver un emploi. Avec un enfant à charge, encore moins. Alors pour faciliter la recherche d'emploi des parents qui n'ont aucun moyen de faire garder leur enfant, Pôle Emploi, Crèches Pour Tous et People&Baby ont lancé l'opération « Crèche Solidarité Emploi ».

Ainsi, dans chaque crèche partenaire, des journées d'accueil occasionnel sont réservées à ces parents afin qu'ils puissent se rendre à un entretien d'embauche ou à une formation dans le cadre d'un retour à l'emploi. Ce service, bien qu'il ne soit pas complètement gratuit, est proposé à un prix très avantageux, basé sur le quotient familial. Ainsi, la participation financière des parents est comprise entre 0,28 à 2,83 euros de l'heure.

En 2014, les 650 crèches participantes ont mis 10 000 journées d'accueil occasionnel à disposition des parents en recherche d'emploi, la plupart étant des familles monoparentales. #Chômage