Cette année, le thème principal est le Prophète Mahomet. Le but  est de mieux le connaitre, lui et le message qu'il a destiné à ses disciples.

Dès l'entrée du salon, on comprend le ton qui est donné, qui est une demande de paix. On tombe nez à nez avec le dôme de l'esplanade des mosquées qui se trouve à Jérusalem. On comprend le message qui passe à travers cette construction faite de terre qui est en effet très symbolique. On peut y comprendre plusieurs messages : les Palestiniens qui n'ont plus que la terre pour vivre ou bien le fait que le symbole des musulmans, « le qods », annexé par Israel.

Un espace conférence à été créé pour permettre au débat de s'installer. Une conférence à l'espace familles a accueilli un débat consacré aux femmes: " exister entre désir de famille et aspiration personnelle ". On a pu entendre dans ce débat plusieurs protagonistes, dont Aala Jaballah qui est conseillère conjugale musulmane. Elle a pu donner plusieurs conseils à ses censeurs musulmans qui ne savent pas comment agir devant un désir de réussir sa vie de famille et sa vie professionnelles tout en respectant la religion.

Elle a conseillé entre autres d'avoir un projet et un objectif avant de se lancer dans une relation amoureuse afin de savoir si on est sur la même longueur d'ondes et d'éviter les déconvenues dans le futur. Elle a aussi répondu à quelques questions de Blasting News sur la question du voile. « La question du voile en France n'est pas une fatalité, il faut se battre pour revendiquer notre droit notamment pour le port du voile au travail comme ça a été le cas en Allemagne où il est accepté. Pour cela, il faut redorer l'image de la femme voilée en France et le faire connaitre, car l'ignorance entraine la haine. » Une autre intervenante a quant à elle dit que la place de la femme se trouve d'abord auprès de sa famille qui passe avant sa vie professionnelle.

Dans l'espace foire musulmane, différents stands vendent toute sortes de produits, comme des gâteaux, des robes orientales et des livres. Il y avait aussi pas mal d'associations.

Amar Lasfar, le directeur de l'UOIF (Union des Organisations Islamiques de France), s'est exprimé au micro de Blasting News à propos des messages qui sont passés lors de cette nouvelle édition. "La rencontre en elle-même est un moyen pour passer des messages, nous tenons à ce que les musulmans se rencontrent avec leurs diversités, leurs écoles de pensée, leur pluralisme etc... Il y a beaucoup d'échanges entre les mosquées, les associations, les musulmans, les non musulmans... Nous créons toutes les conditions pour que ce genre d'échanges ait lieu. Cette année, le thème principal est le prophète Mahomet. Nous voulons d'abord en parler aux musulmans car nous voyons l'écart qu'il y a entre l'époque du prophète et la société actuelle."

Il s'est exprimé sur la place de la société musulmane en France disant « qu'elle évolue à son rythme et que c'est un travail de longue haleine que de le faire comprendre. Cela inclut de la communication, de la pédagogie et un travail de proximité. »

Le président du Conseil français du culte musulman, Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, est venu aussi s'exprimer, mettant en garde contre « les amalgames ». #Islam