Le 13 avril 2015, quatre Tchèques ses ont réunis pour fonder un nouvel État : le Liberland. Situé entre la Serbie et la Croatie sur une « terra nullius » c'est à dire une zone de 7 km², non-revendiquée par les deux pays, il s'agit plus précisément d'une micronation.

Il en existe environ 400 autres dans le monde. Ce sont des entités créées par un petit nombre de personnes qui prétendent au statut de nation indépendante mais qui n'est pas reconnue par d'autres nations officielles ou par des organismes transnationaux.

Principauté de Sealand

Parmi les micronations les plus connues, on trouve par exemple Sealand, établie depuis 1975 sur une ancienne plate-forme militaire au large du Royaume-Uni dans la mer du Nord. Cette micronation s'étend sur 550 m² et sa population est variable mais dépasse rarement 5 habitants.

La Principauté de Sealand possède sa monnaie officielle, le Dollar de Sealand, indexée sur le dollar des États-Unis. Elle est actuellement dirigée par Michael Bates, prince-régent, fils de Roay Bates ancien prince auto-proclamé de Sealand. Dotée d'une (courte) constitution, cette micronation aspire à l'indépendance et à la reconnaissance internationale.

 Principauté de Hutt River

C'est le cas également de la Principauté de Hutt River, en Australie-Occidentale. Son territoire regroupe plusieurs exploitations agricoles sur une superficie de 75 km². Cette micronation se situe à environ 500 km au Nord de la ville de Perth et à une quarantaine de kilomètres au Nord-ouest de Northampton.

La Principauté de Hutt River a été fondée le 21 avril 1970 par Leonard George Casley, propriétaire agricole en conflit avec les autorités d'Australie-Occidentale sur des problématiques de quotas agricoles. D'abord créée en tant que « province », elle prend le statut de « Principauté » au bout d'un an. C'est son fondateur qui en devient alors le prince sous le nom de « Prince Leonard 1er ».

Quarante ans plus tard, elle ne bénéficie d'aucune reconnaissance internationale mais existe toujours. Elle est même devenue un lieu touristique avec plusieurs dizaines de milliers de visiteurs reçus chaque année. La Principauté de Hutt River dispose de sa propre monnaie (Dollard de Hutt River), émet des timbres et délivre des passeports. En 2004, sa population comptait 60 personnes.

République Libre du Saugeais

D'autres micronations ne visent pas forcément l'indépendance ou la reconnaissance internationale mais ont des visées plus folkloriques. La République Libre du Saugeais, territoire de 128 km² composée de 11 communes du Doubs, en France, est dans ce cas. Sa capitale est le village de Montbenoît.

Sa création, en 1947, est le fruit d'une plaisanterie. De passage à Montbenoît, le Préfet du Doubs déjeune alors à l'hôtel de l'Abbaye. Au moment où il entre dans l'établissement, le patron de celui-ci, Georges Pourchet, lui demande, en plaisantant, s'il dispose d'un laissez-passer pour pénétrer en République du Saugeais. Le Préfet joue le jeu et demande des explications. Le patron de l'hôtel lui explique l'#Histoire du territoire. Ce à quoi le Préfet répond, lui aussi en plaisantant : « A une République, il faut un président. Eh bien, je vous nomme président de la République libre du Saugeais ». Un titre que Georges Pourchet prend alors en charge. A sa mort, la République reste 4 années sans dirigeant.

Mais 4 ans plus tard, en 1972, sa femme, Gabrielle Pourchet, prend la suite. Elle décède en 2005 et laisse la place à sa fille, Georgette Bertin-Pourchet. Aujourd'hui, cette micronation compte plus de 5 000 habitants, dispose d'une monnaie et délivre des passeports. Elle a même un hymne officiel et une chaîne de télévision : Télé Saugeais.

Le Liberland, paradis fiscal ?

De son côté, le Liberland poursuit un idéal de liberté. Ses 4 fondateurs expliquent avoir voulu créer la nation la plus libre possible. Un objectif qui se retrouve dans sa devise : « Vivre et laisser vivre ». Le Liberland a un site Internet, liberland.org, sur lequel on peut notamment apprendre que cet État « s'enorgueillit de la liberté personnelle et économique accordée à sa population ». Cette micronation très libérale propose l'impôt facultatif et entend réduire au maximum le rôle de l'État dans sa gestion. De quoi devenir une véritable paradis fiscal !

Selon le site officiel, plus de 250 000 personnes auraient déjà demandé la nationalité liberlandaise. Pour l'obtenir, ils doivent fournir un CV, ne jamais avoir été condamné pour un crime grave et ne pas être nazi ou communiste. Le Liberland est présidé par Vit Jedlicka, l'un de ses fondateurs. Ce dernier a notamment pour mission de faire reconnaître la micronation par les Nations-Unies.

Cela lui permettrait alors d'accéder au statut de micro-État. Un terme qui désigne un État souverain avec, soit une faible population, soit une toute petite superficie - bien souvent les deux réunis. Les critères de définition des micro-États sont subjectifs mais on estime qu'il en existe une trentaine à l'heure actuelle. Certains sont très connus. En Europe par exemple : Vatican, Monaco, Liechtenstein, Malte, Saint-Martin ou Andore. Il y en a d'autres dans les Caraïbes (Barbade, Grenade, Antigua-et-Barbuda, Saint-Vincent-et-les-Grendines ou encore Sainte-Lucie), en Asie (Singapour, Maldives, Brunei) et en Océanie (Nauru, Tuvalu, Tongo ou Palaos).

D'autres micro-États ont disparu : la République de Raguse devenue Dubrovnik, en Croatie, en 1808, la République de Mulhouse (1347-1798), la République de Genève (1535-1798) ou encore la cité de Carthagène qui s'est déclaré canton indépendant pendant la Première République espagnole en 1873 et 1874.