Période sombre de la fin des années 90, l'affaire Dutroux est loin d'avoir été chassée du cœur des Belges. Si le pédophile, coupable entre autres des meurtres, viols et séquestrations de cinq fillettes, est toujours derrière les barreaux, son ex-épouse, Michelle Martin, a été libérée sous conditions en 2012 après avoir purgé une peine de 16 ans de prison. Après avoir été accueillie dans un couvent, celle qui a été reconnue coupable des mêmes chefs d'accusations que son mari avec la circonstance aggravante d'avoir laissé les petites Julie et Mélissa mourir de faim dans leur cache alors que Marc Dutroux était en prison s'apprête désormais à élire domicile chez un ancien magistrat dans la commune de Floreffe, non loin de Namur. Pour s'opposer à cette décision, un appel avait été lancé sur les réseaux sociaux pour venir manifester devant la ferme-château de l'ancien juge Christian Panier. Mais voilà, si les précédentes manifestations avaient été en général couronnée de succès, celle-ci s'est soldée par un cuisant échec pour les organisateurs, et les familles mobilisées pour éviter qu'une criminelle - qui n'a purgé que la moitié de sa peine - s'installe aux frais de la « princesse » dans ce petit village paisible.

Peu d'engouement

En effet, seule une soixante-dizaine de manifestants avait fait le déplacement, alors que 1500 personnes étaient attendues sur la page de l'événement sur Facebook. Pourquoi si peu d'engouement ? Probablement à cause de la présence policière sur les lieux. Plusieurs dizaines d'agents, dont une petite vingtaine en uniforme anti-émeutes attendant quelque débordement au fond d'une ruelle, étaient présents sur place. Les riverains et familles engagés n'ont pourtant pas été refroidis par les forces de l'ordre pour faire passer leur message, à coup de slogans comme « Martin, Panier, associés » ou encore « Martin en prison ». "C'est inadmissible qu'on crève de faim et qu'une pédophile soit hébergée dans un palace et puisse devenir avocate! Où allons-nous, si un juge qui est sensé représenter la justice de notre pays se permet de venir en aide à une criminelle de la sorte?", nous explique une maman venue avec ses enfants, tous deux cachés par leurs masques Anonymous.

Récupération politique

Un message populaire que n'ont pas hésité à récupérer à leur sauce deux mouvements politiques, « Nation » et « Debout les Belges ». Si le premier est connu depuis longtemps pour ses opinions d'extrême-droite, « Debout les Belges » est un jeune mouvement créé par l'ancien député Laurent Louis, au cœur de nombreuses polémiques (il avait divulgué des photos de l'autopsie de Julie et Mélissa pour étayer sa thèse des réseaux pédophiles) et notamment grand ami de Dieudonné et Alain Soral. Si les deux mouvements comportent quelques points en commun dans leurs deux programmes politiques, il n'a pas fallu attendre longtemps avant que les membres des deux groupes en viennent à s'insulter l'un l'autre, sous le regard interloqué des manifestants (voir vidéo). "C'est de la récupération politique, c'est consternant", nous confie un jeune papa dans la foule. Pour Laurent Louis, investigateur de la manifestation, il n'en est rien. "C'est le bourgmestre de la ville qui a appelé en renfort ces néo-nazis pour tenter de nous décrédibiliser aux yeux des gens, eux ne sont là que pour casser et véhiculer leurs messages de haine", nous confie-t-il. Le groupe « Nation » a pourtant quitté les lieux dans le calme, quelques minutes avant que les forces de l'ordre ne tentent de disperser les badauds encore présents. Au final, beaucoup de bruit pour rien. "A défaut d''avoir l'image, je voulais le son. Les propos que j'ai entendus ? On ne peut même pas appeler ça des revendications...", aurait expliqué de sa fenêtre l'ancien juge Panier, une fois les manifestants dispersés. Les revendications de ceux-ci, et d'une bonne partie des Belges n'auront pas été entendues. Seraient-ils lassés par la dernière d'une longue liste de manifestations n'aboutissant à rien, où justice, police et pouvoir locaux s'entraident sans cesse pour contrer toute prise de position à l'égard de Michelle Martin, ennemie publique n°1 en #Belgique? #Fait divers