C'est un véritable calvaire qu'a subi Maude Versini, femme de 41 ans. Son ex-epoux, Arturo Montiel Rojas, ancien gouverneur de l'Etat de Mexico, a décidé de la laisser voir ses enfants à condition que les charges contre lui soient annulées en France et au #Mexique. Maude Versini a accepté et pourra enfin revoir ses enfants (les jumeaux Adrian et Sofia aujourd'hui âgés de 11 ans et Alexi, 9 ans et demi). Et pourtant avant cette issue, l'ex-couple s'était déchiré pour obtenir la garde de leurs enfants.

En 2001, Maude Versini tombe amoureuse d'Arturo Montiel. Six ans plus tard, le couple se sépare après s'être marié et la venue au monde donc de trois enfants. En 2012, la justice mexicaine avait accordé la garde des enfants à la mère. Mais Montiel, très proche de l'actuel président mexicain Enrique Pena Nieto, a profité de son influence en ordonnant que ses enfants restent au Mexique. Ceux-ci sont kidnappés en 2011 à Noel par des gouvernantes mexicaines. S'ensuit une longue lutte judiciaire entre les ex-epoux.

Fin d'un conflit de trois ans

Un protocole d'accord a été signé samedi dernier devant un juge d'un tribunal de l'Etat de Mexico. Maude Versini est ainsi autorisée à voir sept semaines par an ses enfants. L'accord est modifiable chaque année et le nombre de semaines accordées à la mère sont réparties dans cet ordre : trois semaines l'été, deux semaines en décembre et deux semaines à Pâques. Le retour des enfants en France est prévu le 1er juillet prochain. Cet accord va permettre à Versini de renouer les liens avec ses enfants qui ne parlent pas encore très bien le français. Il met un terme ainsi à trois ans de conflit entre les Versini et Montiel. Ce terrain d'entente a permis d'éviter d'autres tensions diplomatiques entre la France et le Mexique après l'affaire Florence Cassez.

Sur les ondes de la radio Europe 1 ce matin, Maude Versini a précisé qu'elle n'avait pas d'autre alternative que d'accepter cet accord : « On m'a exposé une proposition faite par le père des enfants, c'est-à-dire que je n'aurai les enfants que sept semaines dans l'année et que la résidence des enfants serait fixée au Mexique avec leur père ».

L'issue aurait pu être nettement meilleure pour celle qui considère avoir « mené un combat épuisant ». Dans une interview accordée pour le site de Paris Match, Versini a déclaré les raisons qui ont poussé son ex-mari à trouver un arrangement: « C'est sous la pression du mandat d'arrêt international dont il fait l'objet et sous la pression de la Cour de Washington auprès de qui j'ai gagné. Elle a sommé l'Etat Mexicain de régler ce conflit ».

Versini tacle le gouvernement français

Bien qu'elle évoque un soulagement suite à ce quiproquo, Versini n'en demeure pas moins déçue de la réaction du gouvernement français : « je ne suis contente qu'à moitié parce qu'on aurait pu obtenir plus. S'il (le gouvernement français)avait vraiment pris cette affaire à cœur, il aurait rendu les enfants à leur mère puisqu'il y avait eu une sentence en France comme quoi il n'y avait jamais eu de maltraitance » (Europe 1). Et d'annoncer à d'autres médias que François Hollande l'a déçue. Au cours de ces péripéties, Arturo Montiel avait accusé Versini de commettre des actes de maltraitance afin qu'il puisse avoir la garde les enfants. Un motif qui s'est donc avéré totalement faux. Fini donc les mauvais souvenirs. La roue a enfin tourné et le cours des choses évoluent dans le bon sens pour Maude Versini.