On en parle peu mais c'est bien le principal problème. L'échec scolaire vient rappeler à quel point le système éducatif français n'est plus adapté. Chaque année, 140 000 élèves sortent sans aucune qualification. Le coût de cet échec serait estimé à 24 milliards d'euros par an, d'après le think-tank Terra Nova.

Luc Ferry, ancien ministre de l'Éducation nationale, ne pense pas que la réforme du collège résorbera ce problème profond. Pour lui, c'est plutôt à l'école primaire qu'il faut voir. « Tout l'échec scolaire du collège est préparé au primaire », estime le philosophe. Pour d'autres, comme Paul Raoult, président de la FCPE et Maya Akkari, responsable du pôle éducation de Terra Nova, l'échec scolaire peut être endigué via un projet ambitieux comme la mise en œuvre d'un véritable cycle CM1, CM2, 6e, une meilleure prise en compte de la diversité des élèves voire la suppression du redoublement. Dans un article qui date de mai 2014, ils prônent la mixité sociale dans les établissements.

La Fédération des Conseils de Parents d'Élèves est plutôt pour la réforme du collège. « Les inégalités qui existent dans notre système éducatif sont largement critiquées par ceux-là même qui refusent ensuite de le changer, explique-t-elle. Il est urgent d'arrêter la campagne de désinformation sans précédent menée par certains. Elle se fait contre la réussite de tous les élèves. Il faut travailler ensemble pour la mise en œuvre de cette réforme au plus près des besoins des enfants. » #école #Grève