Pascal Manca, un prêtre belgo-italien âgé de 43 ans, né à Charleroi, est sous les verrous depuis le 6 mai dernier en Sardaigne. Il est accusé de faits de pédophilie - des actes sexuels sans pénétration - sur quatre enfants âgés de 12 à 16 ans. Il était encore très récemment le curé de la paroisse de Villamar, un paisible village sarde de moins de 3 000 habitants. L'affaire secoue la Belgique et l'Italie.

L'archevêque de Cagliari était au courant depuis un an

L'homme d'église aurait abusé de deux jeunes garçons âgés de 12 ans en 2012 et de deux adolescents de 15 et 16 ans en 2014. Le prêtre attirait ses pauvres victimes en leur proposant une limonade dans laquelle il versait un puissant somnifère et abusait d'elles ensuite.

Plusieurs photos à caractère pédopornographique auraient été retrouvées dans son ordinateur par les policiers chargés de l'enquête.

L'archevêque de Cagliari, Mgr Arrigo Miglio a été mis au courant de l'enquête qui visait Pascal manca, bien avant son arrestation par les forces de police. A l'époque, le prêtre a nié les faits qui lui étaient reprochés lorsque son supérieur hiérarchique l'a rencontré. « Les rumeurs ne sont pas suffisantes pour agir rapidement », a précisé le prélat.

Mgr Miglio explique « qu'il y a tout juste un an, la Congrégation pour la doctrine de la foi, après avoir reçu une plainte, avait demandé une enquête préliminaire. Les résultats ont été envoyés à la Congrégation elle-même, qui jusqu'à présent n'a pas envisagé d'avoir à ordonner un procès canonique. Maintenant, la directive reçue est d'attendre le résultat de l'enquête de la justice italienne. » Il a exprimé sa sympathie pour les victimes ainsi que pour le prêtre - un « prêtre de confiance » selon lui - et leur a demandé de prier et d'espérer une issue rapide à cette douloureuse affaire.

L'Église catholique ne réagit pas assez rapidement

L'Église catholique a encore bien du mal à réagir rapidement lorsque des prêtres sont mis en cause pour des actes de pédophilie. Cette nouvelle affaire sordide le montre très clairement.

Au mois de février dernier le pape François avait ordonné - dans une lettre adressée à tous les responsables religieux - de ne plus jamais étouffer les cas de pédophilie au sein de l'Église catholique : « Les familles doivent savoir que l'Église n'épargne aucun effort pour protéger ses enfants et qu'elles ont le droit de se tourner vers elle avec une pleine confiance. »

Entre les beaux discours qui se veulent rassurants et la pratique, il y a encore du chemin à parcourir pour que l'Église catholique fasse preuve d'une véritable transparence sur les nombreuses affaires de pédophilie qui ternissent considérablement son blason.

A lire également : Belgique : Mgr Léonard condamné pour avoir couvert un prêtre pédophile #Fait divers