L'association Objectif 21 et l'association franco-turque de la ville de Pontoise ont mis en place l'événement « Çanakkale Geçilmez 1915 » - L'infranchissable Çanakkale - pour fêter la commémoration des 100 ans de la bataille des Dardanelles. Selon les organisateurs, il s'agit du plus grand événement de la communauté franco-turque qui a eu lieu ce dimanche 3 mai 2015 à Cergy-Pontoise, en banlieue parisienne.

L'événement se décomposait en quatre parties : une exposition de photographie, la conférence du Professeur et historien Ilber Ortayli sur le thème de la bataille des Dardanelles, suivi du discours des deux présidents des associations Objectif 21 et de l'association culturelle franco-turc de la ville de Pontoise. Pour la partie plus « ludique » de la journée, le groupe « Kebab show » a réalisé une pièce de théâtre en hommage aux 100 ans de la Guerre de Gallipoli et un concert de musique traditionnelle a été donné pour clore cette belle journée.

Ilber Ortayli, très attendu par les participants

Le chant de l'hymne national résonne dans la salle. Le très attendu Ilber Ortayli, Professeur à l'université de Galatasaray et historien, a tenu sa conférence sur les circonstances de la victoire des Dardanelles en 1915. Son entrée ne passe pas inaperçue, il est accueilli sous un tonnerre d'applaudissements.

I. Ortayli a affirmé durant sa conférence que pendant la bataille des Dardanelles, le nombre de morts était contestable et que le nombre de disparus pendant la Première Guerre mondiale était bien plus élevé que les chiffres officiels. « Les Turcs ne s'intéressent pas à l'histoire mondiale. Il ne s'agit pas d'une communauté sérieuse, et nous sommes face à de réels problèmes. Nous espérons que les jeunes qui ont grandi ici seront plus judicieux » avait-il déclaré. Pourtant, sa popularité ne faiblit pas, et aux yeux des Turcs il reste tout de même un « grand » homme.

Ilber Ortayli a un avis très tranché sur le rôle des Turcs pendant la Première Guerre mondiale, selon lui, « comme la Russie, les Turcs sont ceux qui ont le plus combattu et avec le moins de ressources ». Pendant la conférence, les participants ont pu être actifs , il a tenu à répondre à toutes les questions. Cet homme est une figure emblématique de la communauté turque. Très apprécié pour son savoir et sa prestance, à 67 ans, il est un homme respecté et fier d'être aujourd'hui un emblème de la communauté turque. C'est également la première fois qu'Ilber Ortayli accepte un événement organisé par la diaspora turque.

Les responsables des deux associations, Tahsin Tek et Hikmet Türk, ont également pris la parole lors d'un discours. Et pour l'occasion plusieurs politiciens, dont Dominique Lefebvre, ont fait leur apparition. Le député socialiste du Val d'Oise a confié qu'il avait répondu favorablement à l'invitation, car le thème de cette rencontre et « cette volonté de regarder l'histoire en face, un esprit de respect et d'amitié pour l'ennemi » l'ont séduit.

« Un gros succès »

La pièce de théâtre et l'exposition des photographies de la bataille des Dardanelles ont été « un gros succès » selon Meltem Aydogan, responsable des politiques publiques de l'association Objectif 21. La pièce représente la victoire maritime sur la flotte anglaise et française ainsi que le départ au front de la population. Mais aussi, comment se passait la vie au sein du village. La pièce de théâtre a ému beaucoup de spectateurs.

L'événement a attiré plusieurs centaines de personnes, mais un manque d'organisation a été noté par plusieurs participants. Si certains jugeaient la qualité de la sonorisation de la salle « pas très bonne », d'autres ont plutôt été agacés par les nombreux enfants « qui courraient partout dans la salle ».

Une grande majorité de personnes ont été agréablement surprises en assistant à l'événement et « de nombreux retours positifs » ont été tout de même notés selon Meltem qui juge cette journée de « réussite malgré les soucis de dernière minute » qu'ils ont d'ailleurs très bien géré. #Turquie #Paris culture