De plus en plus de pays autorisent le mariage entre deux personnes du même sexe, permettant une visibilité accrue pour les couples homosexuels. Cette évolution ouvre la voie à une reconnaissance plus importante de toute une partie de la population qui était mise au ban de la société.

Même s'il est plus facile qu'autrefois de faire son "coming-out" (la révélation de son homosexualité à ses proches), assumer publiquement son homosexualité reste un acte compliqué, qui plus est lorsque l'on occupe des fonctions importantes.

Prenons l'exemple des responsables politiques français. Actuellement, seulement deux députés, à savoir Sergio Coronado (EELV) et Franck Riester (UMP), sont ouvertement homosexuels.

Publicité
Publicité

Sachant que ces derniers représentent environ 7% d'une population donnée, selon les estimations, nous devrions avoir plus de deux représentants politiques homosexuels parmi les 577 présents à l'hémicycle.

Les responsables politiques font (encore) attention

Mais le cas des responsables politiques est particulier. En effet, ils doivent plaire à un large électorat pour être élus. Et peu d'entre eux osent sauter le pas, par peur de perdre leur poste. Pourtant, les différents "coming-out" ou "outing" (fait de révéler l'homosexualité d'une personne contre sa volonté) ont montré qu'il n'en était rien.

Prenons l'exemple de Florian Philippot, actuel vice-président du Front National et bras droit de Marine Le Pen. L'"outing" de ce dernier lors d'une escapade avec son amoureux n'a pas entaché sa marche en avant, puisqu'il est toujours le numéro deux du parti frontiste et bien présent dans les médias nationaux.

Publicité

Cependant, l'affaire Philippot a été un élément révélateur important pour la perception de l'homosexualité des hommes politiques. Ainsi, les médias ont malheureusement encore tendance à traiter les relations homosexuelles d'une manière différente de celles des couples hétérosexuels, comme si l'homosexualité avait un droit prépondérant à la discrétion. C'est bien le signe que l'égalité n'est pas encore totalement acquise, et qu'elle le sera le jour où une relation homosexuelle ne fera pas davantage parler qu'une relation hétérosexuelle.

La jurisprudence Steeve Briois

Une récente décision de la Cour d'appel de Paris a marqué une étape dans le traitement de l'homosexualité des responsables politiques.

Le maire d'Hénin-Beaumont, ville récemment passée sous pavillon frontiste, avait déposé un recours en justice contre le jeune Octave Nitkowski, auteur du livre "Le Front National des villes et le Front National des champs", en demandant son interdiction. Cet ouvrage révélait au grand public l'homosexualité du maire Steeve Briois , pourtant connue à Hénin-Beaumont.

Publicité

Mais la cour a rendu une décision qui risque de faire jurisprudence. En effet, elle a estimé qu'en raison de l'influence politique de Steeve Briois, la révélation de l'orientation sexuelle de ce dernier "prime sur le droit au respect de ce pan de sa vie privée".

Que l'on soit d'accord ou non avec cette décision, elle a au moins le mérite de sortir les homosexuels du "placard" dans lequel ils se trouvent. Surtout si leurs décisions politiques sont de nature à être influencées par leur sexualité. #Homosexualité