Une fusillade entre deux hommes et des policiers a eu lieu ce matin à Carmaux dans le Tarn.

L'affaire commence à 10h30 lorsque deux hommes braquent un magasin de chasse et pêche, avenue Albert Thomas à Carmaux, pour obtenir des armes. Ils aspergent le gérant de la boutique à l'aide d'un gaz lacrymogène avant de s'emparer d'un fusil à pompe.

Ils s'enfuient des lieux à pieds et sont retrouvés à 300 mètres des lieux du braquage par plusieurs officiers de police, qui étaient alors en patrouille devant une école primaire. Le maire de la ville Alain Espié affirme "que c'est à ce moment là qu'il y a eu des échanges de coups de feu". Les deux braqueurs ne se sont, cependant, pas servis du fusil à pompe.

Les deux hommes s'emparent d'une arme de service de l'un des policiers avant d'en blesser un autre à la cuisse. Pour s'enfuir, ils agressent un automobiliste et lui volent sa voiture, une Mercedes grise. Ils sont partis sans plus attendre en direction du sud-est du département vers Valdériès avant de disparaître complètement. Les policiers ont rapidement tenté de rattraper les deux hommes mais ils restent pour le moment introuvables. Dès lors, des renforts ont été déployés pour tenter de rattraper les agresseurs rapidement.

L'école Jean Jaurès, proche des lieux de la fusillade, a dans un premier temps été confinée par l'ensemble des professeurs. Les parents ont été prévenus rapidement pour qu'ils puissent récupérer leurs enfants dans l'après-midi. L'évacuation des lieux s'est faite sans problèmes.

Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, a réagi dans l'après-midi. Il souhaite exprimer "sa solidarité" aux policiers agressés et a bien précisé que les deux suspects "étaient activement recherchés pour être rapidement interpellés". Il "condamne avec la plus grande fermeté l'agression dont ont été victimes deux policiers alors qu'ils intervenaient pour un vol à main armée commis dans une armurerie de Carmaux (Tarn)". Le plan épervier a donc été déclenché dans tout le département du Tarn et des alentours. #Fait divers