L'affiche de la gay pride de Metz (Moselle) - qui se déroulera le samedi 13 juin - n'est pas du goût du Front national. Le parti de Marine Le Pen demande que l'association organisatrice « Couleurs Gaies » soit sanctionnée financièrement.

Le Front national dénonce une « propagande homophobe »

Sur l'affiche qui suscite une très vive polémique - et pas uniquement dans les rangs de l'extrême droite - on voit une rangers piétiner un rainbow flag, symbole de la communauté LGBT, et le slogan : « Florian, Fabien, Steeve et les autres... Toutes les folles ne sont pas au front. » Allusion directe à Florian Philippot, vice-président du FN et bras droit de Marine Le Pen, Fabien Engelmann, maire de Hayange (Moselle), et Steeve Briois, vice-président du FN et maire d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). Des personnalités politiques d'extrême droite qui ont été outées ou qui font l'objet de rumeurs d'homosexualité.

Thierry Gourlot, conseiller régional FN, dénonce une « propagande homophobe » et s'insurge contre le « scandaleux détournement de l'argent public par des pseudo-associations sans scrupules. » Il demande au président de la région Lorraine de « surseoir au versement » de la subvention de 6 000 euros accordée pour l'organisation de l'événement.

L'association « Couleurs Gaies » a réagi : « Ces propos du groupe Front national de la région Lorraine nuisent gravement à l'honneur et la réputation du Centre LGBT de Metz ainsi qu'à l'image de ses responsables, tous bénévoles. Nous les dénonçons avec force. »

« Ça décrédibilise tout le combat contre l'homophobie »

Au sein de la communauté LGBT l'affiche ne fait pas l'unanimité. Certaines personnes dénoncent l'usage du mot « folles » qui ne ferait que raviver les vieux clichés homophobes. D'autres estiment que plusieurs partis politiques, l'UMP - désormais « Les Républicains » - en particulier, ne sont pas non plus très ouverts sur la question de l'homosexualité et de l'égalité des droits.

Interrogé par Blasting News, Valentin Evol - qui habite Metz - livre son avis personnel et sans langue de bois sur cette affiche. Le jeune homme de 21 ans a été médiatisé l'année dernière pour s'être reconverti dans le porno gay après avoir été très proche de la Manif pour tous en 2013.

Son passage à la Manif pour tous ? Des erreurs de jeunesse qu'il reconnaît volontiers et qu'il regrette. Contrairement aux idées reçues, Valentin est favorable au mariage pour tous et il participe régulièrement à la vie de la communauté gay. Samedi, il était présent à la gay pride de Nancy.

Valentin est connu pour son franc-parler : « Je suis homo et l'affiche de la gay pride de Metz me choque profondément . Comment une association qui hurle partout que le mot 'folle' est une insulte homophobe puisse l'utiliser pour son slogan ? C'est quand ça l'arrange que ce mot est homophobe donc ? Je peux comprendre la provocation puisque je suis le premier à l'utiliser. Mais pas dans ces cas-là. Ça décrédibilise tout le combat contre l'#Homophobie. »

« Le Front national n'est pas plus homophobe que l'UMP »

Il considère que le Front national n'est pas plus homophobe que l'UMP, rebaptisé « Les Républicains » depuis peu : « Le Front national compte des homophobes dans ses rangs, même parmi ses dirigeants, mais ce n'est pas un parti plus homophobe que l'UMP ! Dois-je rappeler pour quel gouvernement Christine Boutin a été ministre ? De quel parti politique Hervé Mariton est député ? Nicolas Sarkozy a promis d'abroger la loi Taubira en cas de victoire à l'élection présidentielle de 2017, tout comme la présidente du Front national Marine Le Pen. »

Valentin juge que l'affiche de l'association « Couleurs Gaies », qu'il considère proche de l'extrême gauche, donne une « très mauvaise image des homosexuels » et qu'elle n'a « aucun sens. » Il refuse que « ses actions soient financées par nos impôts. »

Il ne participera pas à la gay pride de Metz mais n'exclut pas l'idée de « mener une action militante » lors de son déroulement.

À lire également : Jeanne d'Arc sur l'affiche de la gay pride de Rouen suscite l'émoi de la réacosphère #Homosexualité