En octobre 2012, quelques mois avant la promulgation de la loi sur le « mariage pour tous », Jean Tarrade, alors nouveau président de Conseil du notariat, s'inquiétait d'une trop grande précipitation dans le projet, évoquant même un risque de dérive à l'« enfant pour tous ».
« Sans porter de jugement » bien évidemment, c'était seulement « une question de bon sens » !

Nouveaux droits, nouveaux clients, deux ans après, il semble que les textes correspondent bien finalement à des vrais besoins et n'ont pas non plus créés de problèmes. Si ce n'est au contraire ouvrir des débouchés, qui profitent également aux officiers publics. Et, s'ils sont investis de l'autorité et que leur profession peut sembler austère, en matière de communication nos « instances régionales » ont fait des progrès et osent la tendance de la diversité.

Une affaire de cœur ? Union, mariage, pacs. Soyez sérieux. Avant de vous engager, passez à l'acte !

Initiée par des notaires dans l'Isère, la Drôme et les Hautes-Alpes et principalement illustrée de photos de couples de même sexe, la campagne se défend face à l'acte d'avocat et souligne, en cette période de multiplication des réglementations, que les compétences d'un médiateur objectif et formé pour pouvoir répondre à toutes les questions, dans tous les domaines du droit, « sécurisent les choses de la vie », peu importe notre orientation sexuelle !

L'occasion également de rappeler que depuis le mois de janvier, on peut consulter un notaire et être conseillé gratuitement sur une succession, un contrat de mariage ou même un divorce et un testament, puisqu'il n'est jamais trop tôt pour prévoir. Disponibles et discrets, le premier samedi matin du mois, certains de ces intervenants investissent les cafés pour « promouvoir l'accès au droit pour tous et partout en France », comme l'explique sur boursorama.com Vincent Chauveau, notaire à Savenay (Loire-Atlantique), à l'origine de l'événement. Après avoir démarré dans douze villes, ce sont d'ailleurs quelques 480 notaires qui se sont depuis « attablés » au mois de juin, dans plus d'une centaine de cafés et de villes.

« La conversation étant plus facile quand il n'y a pas la distance d'un bureau », pensez-y. Pour les prochaines cessions, les adresses des cafés sont consultables en ligne sur internet. #Homophobie #Homosexualité #Mariage gay