Les liens étroits qui relient le #Football et les collectivités locales ne datent pas d'hier. Cette forte implication des pouvoirs publics démontre l'attachement traditionnel des mairies à leurs clubs sportifs. Un financement participatif déguisé, souvent méconnu des principaux donateurs, les citoyens.

Des subventions directes aux clubs locaux

Vous n'avez jamais assisté à un match de foot ? Et bien, vous devriez, car c'est votre argent qui bien souvent, finance le club de la ville, qu'il soit amateur ou de Ligue 1, tout autant que le stade qui accueille les rencontres. Par le biais de vos impôts locaux, les collectivités locales versent des sommes d'argent régulières qui peuvent atteindre des sommets. Des millions d'euros qui s'ajoutent aux soutiens financiers des sponsors et des droits télé et qui sont piochés directement dans la poche du contribuable. Un financement qui passe par les mairies, les communes et les régions. Et plus il y a d'interlocuteurs et plus il y a d'argent.

Si les stades appartiennent aux villes, celles-ci trouvent leur compte dans ce financement public, trop contentes de jouir de la notoriété amenée par leur club et qui favorise le rayonnement de la ville. Et plus celui-ci est bien placé, plus le lien est important. Un véritable partenariat qui se fait généralement à l'insu du contribuable.

Des associations sportives subventionnées

Mais pour obtenir encore plus de fonds, les clubs sportifs contournent les contrôles et passent souvent par le milieu associatif, largement financé à l'échelle locale. La ville de Paris est un exemple caractéristique. Pour la saison 2005-2006, la mairie versait une subvention annuelle de plus de 2 millions d'euros à la fondation PSG au titre de sa mission "d'éducation, d'intégration et de cohésion sociale". Si avec l'achat du club par les qatari, le maire de l'époque Vincent Delanoë affirmait qu'il ne serait « pas raisonnable que les contribuables parisiens participent au financement du club » il précisait aussi « Mais je n'ai pas laissé tomber le PSG ». Outre les subventions d'Etat, la fondation PSG touche aussi des subventions du Conseil régional et du Conseil général des Yvelines.

Ces subventions locales sont souvent une mine d'or pour certains petits clubs qui peineraient à survivre sans l'argent public mais peuvent paraître démesurées pour des équipes qui tiennent le haut de l'affiche et qui cumulent, en contournant la loi, les subventions de tous bords. Un financement participatif, certes, mais sans l'accord du donateur.