C’est un immense acteur, jalousé, vilipendé, haï et considéré comme « traitre » à son pays que le journal télévisé, animé par Pujadas ce lundi 15 juin, nous a présenté. Cet acteur, c’est #Gérard Depardieu. Il est venu sur le plateau pour présenter son film, ce qui n’était qu’un prétexte pour Pujadas pour savoir ce que Gérard Depardieu pense réellement de ses compatriotes et de son exil en Russie auprès de Poutine.

Depuis son exil russe, Gérard Depardieu n’a pas radicalement changé. Il reste franco-français, n’en déplaise à certains, c'est-à-dire sûr de lui et caustique en même temps. De ce point de vue, Gérard Depardieu est bien notre compatriote. Il a bien une identité et des gènes français. Toujours très prompt à la critique et donneur de leçon, Depardieu nous ressemble, même si certains d’entre nous ne veulent plus se reconnaitre en lui.

Que dit-il en restant éloigné de France ?

Il nous ramène à ce que nous sommes : aigris, tristes, pas très volontaires, avec des dirigeants que nous avons choisis mais qui sont incapables de ré-enchanter notre vie et notre avenir. Depardieu est comme cela : il est cash, on n’aime ou on n’aime pas. On laissera les Français choisir la catégorie dans laquelle ils veulent bien être.

L’acteur dit des vérités qui ne font pas plaisir à entendre. Il avoue son incapacité à utiliser les nouvelles technologies, comme l’ordinateur, et il préfère la lecture d’un bon livre. La lecture d’un bon livre, moment de concentration et de rêverie, a été abandonnée par la plupart des Français qui préfèrent, selon lui, l’immédiateté des Tweets et des SMS, en donnant l’impression que chaque Français atteint les cimes du vivre-ensemble et du collectif (ce qui n’est qu’une illusion car c’est une façon de renforcer sa solitude tout en essayant de la rompre par réseaux sociaux interposés).

L’acteur nous ramène à la réalité brutale : il faut éviter de vivre hors-sol. Il regrette le Général De Gaulle et sa capacité en tant que dirigeant d’avoir montré la voie et de ne plus être là pour le faire. Les dirigeants actuels en France et dans les pays européens, selon l’acteur, ne sont pas à la hauteur de leur tâche, celle qui consiste à mener leur peuple vers des horizons heureux.

Au-delà du trouble qu’il a introduit auprès de Pujadas quand il a parlé de Poutine et que le présentateur a voulu le ramener à la problématique de la démocratie, on constate que l’acteur reste sur ses certitudes et que ses choix critiquables restent intacts. Est-il malheureux de vivre en dehors de France ? Est-il incompris par la plupart de ses compatriotes ? Depardieu trace sa route et nous dit d’être heureux et de regarder le monde et nous-mêmes sans rancune et sans jalousie envers autrui.

#Vladimir Poutine