Depuis les années d'après-guerre, et plus spécialement depuis la période dite de « libération sexuelle », la société française a beaucoup évolué accordant une plus grande place, ainsi qu'une plus grande visibilité à des personnes jusque là opprimées, notamment les #Femmes et les homosexuels.

Les femmes, libres mais pas totalement

Aujourd'hui, il n'y a plus de distinction juridique entre les hommes et les femmes. Seulement, les pratiques sociales sont toutes autres, et le poids des traditions empreigne de nombreux pans de la société.

En effet, les femmes disposent du droit de vote depuis 1944, elles peuvent détenir un compte bancaire, et disposer librement de leur argent depuis 1965, et de leur corps avec la loi Veil autorisant l'IVG votée en 1975.

Pour les jeunes d'aujourd'hui qui ont baigné dans la mixité depuis tout petit, l'idée même que ces discrimination ont pu exister en France est une chose ahurissante.

Cependant, l'égalité réelle n'est toujours pas atteinte. Par exemple, pour un même travail, à même qualification, les femmes gagnent entre 9 et 15% de moins que leurs collègues masculins. Les clichés ont la vie dure, et malgré de nombreuses lois obligeant les entreprises à une égalité de traitement, les choses évoluent pas ou peu.

L'un des nœuds de cette discrimination s'explique par une présomption de maternité qui pèse sur toutes les femmes. Dans une société qui favorise la maternité comme la France, il est choquant de voir qu'en 2015, en France, être enceinte peut être encore mal vu et préjudiciable pour une carrière.

Mais on peut aussi parler de la différence de traitement entre un homme et une femme pour un même comportement. Par exemple, un séducteur sera considéré comme un « Don Juan », alors qu'une séductrice sera regardée comme une « fille facile », cherchez l'erreur.

Les homos, des femmes et des hommes pas comme les autres

Un autre groupe social subit les stéréotypes de la société, il s'agit des personnes homosexuelles. Fort heureusement, les homos ne sont plus considérés comme des personnes sales et infréquentables. Mais comme les femmes, ces hommes et ces femmes doivent se battre plus que les autres pour exister, et seulement avoir le droit d'exister.

Bien souvent, les gays ne sont pas considérés comme étant des hommes comme les autres. Une partie de la société continue de percevoir l'homosexualité au travers de l'acte sexuel uniquement, et non pas comme l'amour que peuvent se donner deux personnes, quand bien même il s'agit de deux citoyens de même sexe.

Quant aux lesbiennes, elles doivent faire face à une double discrimination, à la fois en tant que femmes, et aussi en tant qu'homosexuelles. Bien souvent, la société n'est pas consciente de ce que les lesbiennes subissent car nombre d'entre elles font tout pour se rendre invisible. Or, il faut qu'elles soient visibles pour que la société prenne conscience des discriminations.

L'égalité n'est jamais complètement acquise, les exemples iraniens et hongrois sont là pour nous le rappeler. Et comme le dit si bien Simone de Beauvoir : « N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en cause. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».

Je rajouterai volontiers que non seulement les homos, mais aussi les autres minorités ethniques ou religieuses doivent se sentir concernés et s'approprier cette citation. #Homosexualité