Après plus de quatre mois passés en France sans pouvoir voir ma famille, j'ai pris mes billets d'avion pour me rendre quelques jours dans mon pays d'origine, en #Tunisie. Je m'attendais à ce qu'il fasse beau. « J'irai à la plage », disais-je, mais à ma grande surprise, il faisait plus beau à Marseille qu'à Tunis. Je me contentais, alors, de voir ma famille, rendre visite à quelques amis, manger, et faire la gamine avec mon neveu adoré.

Le jour de mon retour en France est arrivé. Ayant promis à tout le monde à Marseille que je leurramènerai des gâteaux secs à base d'amande et de pistache, je me trouvais avec 50 kg de bagage !

Dans la salle d'embarquement, je me suis assise à côté d'une femme ayant à peu près la soixantaine .

Publicité
Publicité

Sur sa chaise roulante, elle lisait un roman. Inspirée par ma voisine, j'ai fouillé dans ma petite valise de cabine pour trouver, à mon tour, mon roman « Loving Franck ». Un peu maladroite et très mal organisée, j'ai tout fait tomber par terre. Tout le monde me regardait bizarrement. A ma très grande honte, j'ai tenté de tout remettre dedans n'importe comment. La dame a levé les yeux de son roman et elle m'a regardée en souriant.

« Allez, je vous donne un coup de main », me dit-elle. Ne pouvant pas se lever de sa chaise roulante, elle m'a demandé de tout déposer sur ses jambes pour qu'elle me les range de façon optimale. J'étais reconnaissante et très émue. Elle me rappelait ma maman chérie.

On s'est mises à parler toutes les deux. Elle est d'origine tunisienne et de confession juive.

Publicité

Rentrée pour les funérailles de l'un de ses proches, elle passait deux petits jours dans sa ville natale Nabeul.

On discutait, on rigolait, on parlait politique et gastronomie et on échangeait quelques petits mots en arabe. Elle me parlait de sa fille qui prépare son mémoire, me faisait des conseils pratiques tout en rangeant, magnifiquement, mes affaires dans ma valise. Elle était si tendre et si adorable.

Le temps d'attente est passé super vite malgré le retard qu'a pris l'avion. On s'est embrassée, s'est dite au revoir et on s'est souhaité bonne chance. Elle m'a fait un dernier conseil de maman et elle est partie avec l'agent de l'aéroport pour qu'il l'aide à rejoindre son siège.

Je n'étais pas surprise qu'une amitié pourrait naître entre des personnes de confessions différentes et ce ne fut pas ma première rencontre avec une personne juive. A vrai dire, mes meilleurs amis ne sont pas tous musulmans. En revanche, j'étais plutôt émue et enchantée.

Elle est juive et je le savais, je suis musulmane et elle le savait.

Publicité

On a pu s'entendre, s'apprécier et on a pu coexister ! Oui, on peut coexister ! Je pensais que le monde allait très mal avec tout ce qui se passe de nos jours, je pensais que la coexistence n'est qu'un simple mythe dans la cité idéale de Platon, mais cette petite aventure m'a donné espoir pour un monde meilleur. Les diversifications culturelles font de ce monde une très belle mosaïque. Acceptons-les ! Réfutons tous les préjugés qui détruisent ce qui était déjà bâti.. Oui, il est possible qu'un #Juif s'entende avec un musulman ! Ce n'est plus un mythe.. C'est devenu une réalité, ma réalité à moi ! #Islam