En principe, les fidèles qui observent le ramadan doivent jeûner du lever au coucher du soleil. Mais dans certains pays situés au nord de l'hémisphère, et proches du cercle polaire, la pratique se révèle parfois complexe en raison de la longueur des journées à certaines périodes de l'année. En Suède par exemple, la nuit est quasi inexistante entre mars et septembre. Un peu plus au sud, la nuit ne dure d'ailleurs que quelques heures et les journées de jeûne peuvent atteindre une vingtaine d'heures. Et en 2015, le mois saint, qui commence ce jeudi 18 juin, tombe en plein solstice d'été, quand les journées sont les plus longues et les plus chaudes de l'année, atteignant parfois plus de 30°. Si ces considérations n'avaient autrefois que peu d'importance, elles sont aujourd'hui au centre des préoccupations des musulmans qui vivent dans ces parties du monde : le problème est en effet apparu il y a une vingtaine d'années, époque à laquelle certains pays du nord ont connu une arrivée massive de migrants venus du Moyen-Orient.


Quatre options possibles


Le Coran ne prenant pas en compte ces spécificités propres aux pays du nord, il a fallu mettre en place une règle coranique, qu'on appelle une fatwa, qui indique la conduite à suivre pour les fidèles. Il existe, depuis cette année, quatre pratiques différentes. Des imams suédois et d'autres nations européennes ont en effet formulé une nouvelle recommandation pour les musulmans installés sous les latitudes boréales : "Maintenant il faut se conformer à la dernière heure à laquelle le soleil s'est clairement couché et levé" a ainsi indiqué Mohammed Kharraki, porte-parole de l'Association Islamique de Suède. Auparavant, les fidèles habitant au nord de la Scandinavie pouvaient également choisir de se référer aux horaires de jeûne observées dans le sud du pays dans lequel ils vivent, même s'il n'est ni raisonnable, ni conforme à l'esprit de l'#Islam de demander aux musulmans de se plier à l'abstinence pendant des périodes aussi longues, de plus de 18 heures. Autre possibilité, se soumettre aux heures édictées par La Mecque en Arabie Saoudite, considérée comme le lieu de naissance de l'Islam. Si cette option est régulièrement privilégiée par ceux qui suivent le mois du ramadan, d'autres choisissent d'adopter les horaires du pays musulman le plus proche, à savoir la Turquie ou la Bosnie. En revanche, les associations religieuses, notamment en Suède, favorisent une seule et même règle pour l'ensemble de la communauté, et enjoignent donc leurs fidèles à ne pas se référer aux horaires de leur pays d'origine. #Religion


Pas encore de fatwa pour les nuits sans jour


Si ces dernières années, les musulmans observant le mois de ramadan ont été confronté à des journées sans fin, l'inverse est possible, lorsque la période de jeûne tombe en plein hiver, comme ce fut le cas pour la dernière fois en 2000. À nouveau, c'est dans l'extrême nord de l'hémisphère que la question se pose, puisque le soleil peut s'éteindre pendant une quinzaine de jours, alors que les cinq prières quotidiennes sont fixées en fonction de l'astre solaire. Il arrive donc parfois que ces moments importants du ramadan s'enchaînent en quelques heures à peine. Le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche souhaite d'ailleurs également établir un calendrier d'hiver pour remédier à ce problème.