Alors que la traditionnelle gay pride aura lieu à Paris ce samedi 27 juin 2015, revenons sur l'histoire de ces mouvements à l'origine de la conquête des droits en faveur des personnes homosexuelles.

Une histoire américaine

L'histoire de la première gay pride nous vient tout droit des Etats-Unis où les clients d'un bar gay (le Stonewall) décident de se rebeller contre les descentes de la police. Las de de laisser intimider, les clients du bar forcent les policiers à se retrancher dans l'établissement qui sont obligés d'attendre des renforts.

L'année suivante, le 26 juin 1969, les clients décident de commémorer l'événement. Ce défilé est considéré comme la première gay pride.

La gay pride en France: des années 70 aux années 80 

Le premier rassemblement homosexuel en France a lieu à l'occasion du défilé du 1er mai 1971, malgré les réticences de la CGT qui y voit avant tout un rassemblement ouvrier.

C'est à cette même occasion que se crée le FHAR (Front Homosexuel d'Action Révolutionnaire) qui a pour but de permettre aux homosexuels de se libérer d'une société patriarcale et oppressante. Par la suite, le FHAR deviendra le GLH (Groupe de Libération Homosexuel).

La première gay pride indépendante aura lieu le 25 juin 1977 à l'appel du GLH et du MLF (Mouvement de Libération des Femmes), rassemblant environs un millier de personnes d'après les sources de l'époque.

La première manifestation d'ampleur aura lieu le 4 avril 1981 à l'initiative du CUARH (Comité d'Urgence Anti Répression Homosexuelle), juste avant l'élection présidentielle 1981 où François Mitterrand, alors candidat socialiste prend l'engagement d'abroger les lois discriminatoires liées à l'homosexualité en France. Environs 10 000 personnes défilent alors pour réclamer le droit à l'égalité.

Ensuite, le mouvement perdra de son ampleur. Il y aura tout de même un léger sursaut de mobilisationen 1987 suite aux propos de Jean-Marie Le Pen sur les personnes séropositives.

Le renouveau des années 90

Les années 90 marquent un tournant dans l'organisation des gay pride, et de la mobilisation. Les manifestations se nomment désormais les « Lesbian and Gay Pride », et deviennent des rassemblements festifs en plus d'être un défilé militant.

C'est en 1995 que la manifestation réussit à mobiliser massivement avec pas moins de 80 000 personnes qui défilent afin de réclamer plus de protection de l'Etat.

La fin des années 90 est marquée par le débat sur le PACS. Aux manifestations homophobes qui résonnent au son de « les pédés sur le bûcher », répondent des rassemblements monstres rassemblant plus de 100 000 personnes à chaque fois.

Chaque année, la gay pride deviendra un évènement de plus en plus populaire et attendu. Le record de mobilisation est atteint en 2009 où près de 700 000 personnes ont défilé afin de réclamer la droit au mariage.

Un besoin de remobilisation

Alors que le camp conservateur mobilise de nouveau, avec une base militante très active, les gay pride ont besoin d'un nouveau souffle.

Il est impossible de nier le succès des rassemblements organisés partout en France. Mais les marches des fiertés sont aujourd'hui regardées par beaucoup de monde comme une succession de manifestations festives avant d'être militantes.

Aussi, certaines gay pride portent des messages différents, certains défilent pour la GPA provoquant la colère des associations féministes, alors que d'autres non.

De plus, il faut prendre en compte le fait que beaucoup d'homos ne jugent plus ces rassemblents utiles, estimant que l'égalité des droits a été atteinte. Mais n'oublions pas que jamais rien n'est acquis, et que toute avancée peut être remise en cause à n'importe quel moment. #Homosexualité #Mariage gay