La validation des acquis de l’expérience, en abrégé VAE, est un dispositif qui permet à tout un chacun d’obtenir un diplôme à partir de son expérience professionnelle, diplôme ayant exactement la même valeur que celui obtenu dans le cadre d’un cursus scolaire.

 

La VAE est un droit. La loi n°2014-288 du 5 mars 2014 entrée en vigueur le 1er janvier 2015 précise :

La durée minimale d’activité de 3 ans requise en rapport avec la certification visée s’entend « tous types d’activités exercées de façon continue ou non », y compris les périodes de formation initiale ou continue en milieu professionnel pour la préparation d’un premier diplôme ou titre de niveau V.

 Toute personne engagée dans la vie active est en droit de faire valider les acquis de son expérience en vue de l’acquisition d’un diplôme, d’un titre à finalité professionnelle ou d’un certificat de qualification quels que soient son âge, sa nationalité, son statut et son niveau de formation. Les 2 seules conditions requises sont :

  • 3 ans d’expériences salariées, non salariées ou bénévoles (4800 heures environ),
  • l’expérience doit être en cohérence avec le contenu et le niveau du diplôme visé.

 

La VAE a un coût : des prises en charge sont possibles.

Pour plus d’informations : http://www.vae.gouv.fr/espace-ressources/fiches-outil/financer-une-demarche-vae-particuliers.html

 

Que peut-on valider comme diplôme ? Tout diplôme du CAP au master (environ 10000 diplômes actuellement). Seules les professions réglementées comme docteur en médecine, infirmière, magistrat... ne rentrent pas dans le dispositif.

Un référentiel est associé à chaque diplôme. Il est téléchargeable, ainsi que les livrets 1 et 2, sur le site suivant : http://www.ac-limoges.fr/cid84513/livrets-vae.html

Pour les diplômes ne figurant pas sur ce site, une recherche spécifique sur Internet vous permettra de les trouver.

 

Les démarches à effectuer :

 

Le livret 1 : c’est celui qui va vous accorder la « recevabilité ». En fait vous collectez tous les justificatifs de votre expérience, bulletins de paie, attestations diverses... Pour que votre démarche soit recevable, il faut qu’au cours de votre parcours professionnel, vous ayez accompli au moins 80 % des tâches figurant dans le référentiel. L’organisme certificateur verra alors si vous pouvez prétendre à obtenir le diplôme visé. Au bout de 2 mois environ il vous enverra un document, qu’il faudra conserver soigneusement, vous accordant le droit d’entamer la rédaction du livret 2.

 

Le livret 2 : c’est celui qui sera remis au jury. Son but est de prouver la réalité des compétences acquises par votre expérience. Le jury juge sur du vécu, des exemples argumentés et analysés. Ce dossier rebute souvent les candidats. Pourquoi ?

Les questions posées, souvent répétitives, permettent une réflexion sur les gestes que l’on accomplit pendant un travail donné. En fait on raconte ce que l’on fait et pourquoi on le fait. C’est très enrichissant sur le plan humain car on découvre alors sa place dans la société et son rapport aux autres.

 

La rédaction du livret 2 demande 6 mois. Il est recommandé d’utiliser un traitement de texte pour le rédiger. Il ne faut pas hésiter à demander de l’aide sous forme d’un accompagnement pour que le contenu soit compréhensible. Cet accompagnement peut prendre plusieurs formes. Privilégiez un accompagnement individuel personnalisé. A noter que ce n’est pas l’accompagnant qui va rédiger votre dossier, c’est vous. Il n’est là que pour vous aider à le mettre en forme. Un autre piège à éviter : on trouve des dossiers « tout fait » sur Internet. S’ils peuvent vous donner des idées, évitez de « faire du copier-coller ». Si c’était le cas, le jury lors de la soutenance du dossier aurait vite fait de s’en apercevoir et vous n’obtiendriez pas le diplôme. Si vous êtes sincères, si votre dossier est argumenté et que vous êtes motivés, vous avez toutes les chances d’obtenir le diplôme dans son intégralité. 20 ans d’expérience dans le domaine, me permettent de l’affirmer.

Paysan

Ecole #Education