Le concept de « transfert » a été découvert par Freud, même si le cas n'a pas été suivi par lui-même, notamment grâce à la célèbre patiente Berta Pappenheim, connue sous le nom de Anna 0. Selon lui, cette patiente en réalité suivie par Josef Breuer, projetait un caractère sexuel sur ce dernier dans une forme de transfert amoureux, ce qui effraya l'analyste.Le transfert désigne le processus par lequel les désirs inconscients s’actualisent sur certains objets dans le cadre d’un certain type de relation avec eux et éminemment dans le cadre de la relation analytique. Il s’agit d’une répétition de prototypes infantiles vécus avec un sentiment d’actualité marqué.Dans la théorie psychanalytique, chaque individu reproduit sans le savoir des émotions et des scénarios installés au cours de l'enfance et refoulés. La cure psychanalytique amène à réactualiser ces mouvements psychiques anciens en transférant les affects positifs ou négatifs, associant amour et haine, sur l' analyste . Le processus est très complexe, ne s'opère pas sans résistances de telle sorte que selon Freud l'analyse du transfert est d'abord celle de ces résistances.

 

Le contre transfert serait l'ensemble des réactions inconscientes de l ‘analyste ou du professionnel à la personne de l’analysé et plus particulièrement au transfert de celui-ci. Le contre-transfert est un terme utilisé en psychanalyse pour désigner une réaction inconsciente de l'analyste face à son patient. Par définition, il intervient en réaction au transfert, qui est lui-même un processus inconscient permettant à l'analysé de transférer un certain nombre de ses affects, sentiments ou pulsions, qu'ils soient positifs ou négatifs, sur la personne de l'analyste. En retour, le contre-transfert peut donc être interprété comme une implication émotionnelle de l'analyste qui interfère de manière inconsciente dans la relation à son patient.

Tenir une position implique de savoir oser des actes référés à des valeurs, principes se référer aux théories, à des savoir-faire. Cette donnée est essentielle dans la relation éducative. La relation éducative est définie par l’ensemble des échanges verbaux et non verbaux qui caractérisent tout acte pédagogique. Eduquer implique de créer du lien, de dialoguer et se référencer à la loi et à l’éthique.. mais aussi être conscient des transferts et contre-transfèrent se jouant dans chaque relation. Plus le niveau de conscience de ses failles, de ses résistances, est élevé, plus la relation éducative pourra se construire de façon pérène. Philippe Gaberan a écrit un ouvrage intitulé "La relation éducative", livre de référence bon nombre de travailleurs sociaux et de parents. S'appuyant sur cinq exemples de vie, il en déortique tous les rouages. Du point de vu de mon expérience de jeune éducatrice spécialisée, il me paraît évident que nous rencontrons obligatoirement ces notions de transfert et contre-transfert, et qu'elles peuvent parfois profondément nous ébranler. Il est alors important de remettre en question notre position, et d'arriver à déterminer pourquoi nous en sommes arrivés là. Sans cela, le transfert peut devenir une prison, ou s'effectuer à répétition.

 

 

Pour les opposants à la psychanalyse :  

http://fr.blastingnews.com/sante/2015/05/la-psychanalyse-au-bord-d-un-point-de-non-retour-00391543.html

A bon entendeur

http://fr.blastingnews.com/politique/2016/03/8-mars-2016-journee-de-la-femme-et-de-la-parite-mais-a-quel-prix-00826513.html #Education