Difficile à vivre pour le couple, la séparation l'est aussi pour les enfants. Ils sont souvent en première ligne lors d'un divorce, surtout quand l'un des partenaires décident de les utiliser pour blesser l'autre. Alors, le couple parental s'affronte et les dégâts peuvent être considérables et irréversibles...

« Le jour où elle est tombée enceinte, je crois que Rachel a décidé qu'elle ne travaillerait plus. J'ai pas trop compris quand elle m'a dit le lendemain, qu'elle était arrêtée à cause de crampes, pour moi c'était des trucs de meuf je ne m'en mêlais pas. Le plus important, c'était qu'elle aille bien. Après la naissance de notre premier garçon, elle n'a pas repris le travail. Elle ne voulait pas le quitter. Elle a pris cette décision sans me consulter, j'étais contrarié car notre projet d'acheter une maison était repoussé mais je la comprenait. Après la naissance de notre second fils, notre situation financière s'est encore plus tendue. Je lui ai suggéré de reprendre le travail, elle a refusé. Les choses se sont détériorées... Quand on s'est séparés, Rachel a exigé une pension de 500 euros, j'en gagne 1400, imaginez ! Alors elle s'est servi sur mes comptes bancaires, a vendu ma Playstation et mes baskets. Je ne reconnaissais pas la femme que j'avais aimé. D'ailleurs la mère parfaite a disparu ! Elle qui avait arrêté de travailler car elle ne pouvait pas quitter les enfants, les laisse la plupart du temps chez sa mère ou des copines. Si je ne lui donne pas d'argent, elle refuse de me les donner. Je refuse de céder à son chantage : résultat, je n'ai pas vu mes enfants depuis un an. Hier, elle m'a envoyé une vidéo sur laquelle mon petit dernier appelait son dernier mec "papa".»

Raphaël, 45 ans

« Je suis restée 10 ans avec le père de mon fils. Je l'ai quitté il y a deux ans, après avoir porté plainte pour violences conjugales. Il a très mal pris la séparation. Pour lui, je suis sa chose, je lui appartiens. La séparation n'a rien changé pour lui. Je dois passer devant le juge, donc j'ai essayé d'organiser le partage de la garde en attendant. Au début je faisais des efforts pour lui amener notre fils, mais il ne gérait rien. Il ne le prenait que pour mieux me surveillait. Je ne lui demandais même pas d'argent... Juste de s'occuper de son enfant. Pour lui, je lui laissais notre fils pour aller voir d'autres hommes. Il était fou de jalousie.Il l'est toujours d'ailleurs. Il contacte régulièrement les gens que je côtoie, surtout les hommes pour leur dire que je suis mariée avec lui, ce qui est faux ! Il me suit dans la rue, il me met la honte... Il me fait des crises, m'insulte et me frappe devant le petit. J'ai essayé d'apaiser les choses on a vu un conseiller conjugal, un psychologue familial mais rien n'y fait. Désormais j'attends la décision de la justice. Mon fils le vit mal. Il ne veut plus voir son père, ça le perturbe et moi aussi. D'ailleurs on est tous les deux suivis.»

Nathalie, 29 ans

Être parents après la séparation (partie 1) : "Mon ex me gâche la vie !"

Hapsatou Sy : Elle est enceinte de Vincent Cerutti ! #Fait divers #Famille