c'est une révolte, sire, pas encore une révolutionBien malin qui pourrait dire ce qui va sortir de ces rassemblements nocturne, qui attirent de plus en plus de monde. La rue est le dernier salon à la mode, où l'on cause, où l'on réfléchit.....OU L'ON ESSAYE DE PRENDRE SON AVENIR EN MAIN . Et c'est d'ailleurs bien là que réside le problème. Le constat est plus qu'alarmant ; Une rupture franche et nette, un discrédit, un nihilisme profond de l'apparatchik politique et syndical. Crises économiques à répétition, fragilité et incapacité de l'union Européenne, immigration, la stérilité des réformes, la précarité sociale ( j'en oublie sans doute...) creusent un fossé gigantesque entre les attentes des citoyens et leur pouvoir de démocratie. 

"A quoi cela sert-il d'aller voter , si l'on est trahit chaque fois". Un phrase entendue un soir sur le bord d'un trottoir, au pied d'un réverbère. Et cette autre : "syndicats et politiques collent à une idéologie qui n'est plus".

Autour de moi beaucoup de gens, des jeunes c'est vrai, et ceux qui ont deux fois vingt ans. Ils débattent sur ce qu'il y a de pourri dans le système qu'on leur impose. Ils parlent de #Révolution, comme celle du numérique qui envahit jour après jour notre quotidien. Ils cherchent en vain des repères pour tracer un avenir....et plus ils cherchent, plus ils ne trouvent qu'incertitudes....

Et lentement le gouffre s'élargit, s'étend à tous les rouages de ce qui régie notre société, dite libérale ou ultra libérale, grignotant les perspectives que font miroiter les politiques auxquels ils ne croient plus. 

"C'est une révolte, sire, pas encore une révolution" pour pasticher une célèbre phrase. Il serait toutefois imprudent de ne pas prendre en compte ces mouvements silencieux nocturne, car ils sont l'expression d'un désarroi profond, d'un malaise d'une société à bout de souffle où les valeurs humaines ne sont plus le coeur des préoccupations. Certains diront que cela semble être "un conflit de génération" ! Peut-être ! Mais dans la foule nocturne des pavés , malgré la pénombre, j'ai vu qu'il s'agissait d'un conflit DES GENERATIONS. 

Ces rassemblements de rue, à défaut de gêner la circulation, risque fort de déboucher sur un nouveau code de conduite.....

C'est bon, de temps en temps de faire la poussière !!!!