Le 1er Avril 2016, les sept technopoles des cinq départements bretons étaient représentées à ce concours de start-ups organisé par l'association Breizh Amerika. Les start-ups de moins de trois ans étaient invitées à y participer. Finalement, ce fut un gros succès puisque 46 d'entre elles ont présenté un dossier.

 

De nombreuses personnalités du monde économique breton étaient présentes au siège du CMB au Relecq-Kerhuon près de Brest pour cette soirée résultat. On notait la présence du président du CMB Jean-Pierre Le Tennier, Serge Appriou de Kengo, Eric Beaty du Consulat des #Etats-Unis, Guy Gestin du Festival Interceltique de Lorient, Frédéric Nicolas Directeur de la French Tech Brest +, et le président de Breizh Amérika, Charles Kergaravat.

 

Les trois entreprises remportent un stage accéléré du 8 au 13 Mai à Wall Street au sein de VentureOut, la même où se sont déjà rendus une douzaine d'autres start-ups françaises. Ces start-ups bénéficieront d’un tremplin pour se lancer à la conquête du marché américain. Au programme : pitch training, mentoring, rencontres avec des clients et des investisseurs.

 

La première est la société NDMAC de Quimper, dirigée par Jean-François Istin, qui a conçu un nouveau concept de consommation de boissons qui se compose d'un meuble avec trois tireuses à boissons, application, écran, système de paiement avec un bracelet connecté, etc...

 

La deuxième est B-Sensory de Brest dirigée par Christel Le Coq. Cette société s'est déjà fait connaître à Las Vegas en Janvier 2016, au Consumer Electronics Show, où elle a fait sensation avec son objet connecté à un livre érotique. L'ambition de cette jeune start-up est plus largement de développer des produits capables de reproduire des sensations physiques sur des vêtements ou autres support : chaud, froid, vibrations, pulsations, etc...

 

Enfin, la troisième est KLAXOON de Rennes qui a inventé un concentré de bonnes idées qui facilite l'interactivité au sein d'un groupe. Ce petit objet a pour prétention de faciliter la vie des formateurs et des animateurs de réunions, et surtout de les libérer de la contrainte du réseau wifi. Le boîtier relie entre eux les Smartphones et permet d'interagir : sondage, document partagé, etc. Beaucoup d'applications sont possibles également dans le domaine de l'éducation.

 

Vous pouvez voir la vidéo de cette soirée : 

 

 

L'affaire Panama papers et l'évasion fiscale à l'échelle planétaire

La vérité sur les compléments alimentaires

Sarkozy et la présentation de son programme économique pour les primaires et pour 2017 #Investissement #Innovation