« Seul l’individu peut apprendre ; on ne peut apprendre à sa place, n’en déplaise aux tenants de la simple transmission du savoir qui ressassent qu’il n’y a qu’à bien donner son cours pour que l’élève apprenne ». (Giordan, 1998, p.23).

  

A l’ère du numérique où l’accès aux connaissances passe nécessairement par le besoin de trier ou de sélectionner les informations (presque toutes accessibles) en faisant preuve d’un esprit critique, cet état de fait conduit l’éducation à s’interroger sur une nouvelle manière de développer des compétences d’apprentissage.

  

Aujourd’hui, on assiste à une absence de relation directe entre enseigner et apprendre. En effet, les professeurs ne sont plus appelés à enseigner des savoirs et les élèves à les apprendre. Il est temps pour les recherches d’adopter une nouvelle direction afin de revoir cette notion « d’apprendre à apprendre ». 

 

Le rôle de l’apprenant

 

On néglige souvent la mission qu’accomplit l’apprenant au long de sa formation éducative. Vu le nombre d’éléments à prendre en compte, on peut aller jusqu'à dire que l’apprenant est le véritable responsable dans la construction de son apprentissage. Son milieu environnemental est tout aussi important dans la mesure où « il agit en synergie ». En effet, on constate que les connaissances évoluent lorsque les relations d’interdépendance entre les activités cognitives et l’environnement s’établissent. 

 

« Apprendre est donc, par principe, affaire d’interaction. On n'apprend que ce que l’on sait interpréter au sein de son propre système de pensée. Sur le monde qui l’entoure, dans les situations qu’il est appelé à gérer, chaque individu dispose d’explications, de croyances relativement précises ou adéquates pour se forger une opinion ». (Giordan, 1998, p.86). 

 

L'appréhension d'une pensée déjà existante

  

On n’apprend pas en accumulant des informations ou en entassant des données, l’intégration d’une nouvelle connaissance passe par l’appréhension d’une pensée déjà existante. Autrement dit, à partir de son savoir antérieur, l’apprenant traduit de nouvelles conceptions en les confrontant et formule des pensées neuves. 

 

L’enseignant en tant qu’accompagnateur qui souhaite véhiculer à son apprenant des informations à assimiler doit absolument ménager les conceptions de ce dernier. Sinon, il réussira certes à lui faire apprendre quelque chose mais qui risque de ne pas correspondre aux objectifs visés. 

 

Les spécialistes auront donc pour mission d’inscrire prioritairement cette notion d’« apprendre à apprendre » dans des travaux éducatifs. Le but est de prendre le soin d’accompagner et de former aussi bien les enseignants que les professionnels de l’#Education dans ce domaine afin d’attirer leur attention sur les limites des pratiques pédagogiques dues finalement aux conceptions erronées qui depuis longtemps ont recouvert la notion d’apprendre.

http://fr.blastingnews.com/culture/2016/06/et-soudain-tout-change-gilles-legardinier-00962151.html

http://fr.blastingnews.com/culture/2016/06/marie-barrillon-auteur-de-la-vie-est-parfois-une-surprise-00955975.html 

#Lecture #Société