Hier soir, avant que nous allions au lit, nous avons été une fois de plus coupés de notre quiétude par cet attentant de Nice qui a endeuillé de nombreuses familles françaises et étrangères. Selon le bilan, à 12 heures ce jour, du ministère français de l'intérieure, l'on dénombre 84 morts et 18 blessés.

 

Il y a de cela quelques temps, nous avons critiqué dans nos colonnes les stratégies perdantes de nos forces de police dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Il était question de ne plus communiquer à la presse les stratégies utilisés par les terroristes pour sévir. Il était aussi question de procéder à des enquêtes sans rendre les conclusions au public car, plus on communique sur les méthodes de frappes de ces terroristes, plus ils multiplient les stratagèmes de frappe.

 

S'agissant de l'#Attentat de Nice d'hier, on devrait une fois de plus pointer un doigt accusateur sur ces mêmes forces de l'ordre. La première règle dans une activité à fort rassemblement comme celui de la cérémonie des feux d'artifices devra être celui de la mise sur pied d'un périmètre de sécurité avec des barrières fixes autour du site afin de bloquer toute intrusion. Où était le périmètre de sécurité sur l'avenue où se situe La promenade des Anglais à Nice (Alpes-Maritimes), lieu de l'attaque ?

 

Nous avons vu en France lors de l'Euro 2016, des dispositifs de sécurités avec barrières situés à des centaines de mètres de l'entrée des différents stades de football. Pourquoi ne fallait-il pas procéder de la sorte à Nice ? La France étant encore sous le régime de l'Etat d'urgence qui était supposé finir le 26 Juillet 2016, ne devrait pas faiblir dans les actes de prévention et de sécurité de ses citoyens. Au contraire, avec les dispositifs sécuritaires renforcés, la vigilance devrait être de mise.

 

Depuis l'année dernière, la France vit dans la crainte de nouvelles attaques. Même s'il est vrai que plusieurs projets d'attentats ont été déjoués, il n'est pas exclu que des terroristes puissent attaquer de nouveau. Ces derniers n'ont pas peur de la mort. Ils sont organisés, dotés de moyens, de leur idéologie, leur stratégie, etc.

 

La France, comme tout autre Etat, devra tenir compte de ce diagnostic afin de développer des stratégies internes pour venir à bout de ces derniers... Surtout, ne plus communiquer sur eux en public mais en interne et même au delà des frontières entre Etats.

 

Une question nous taraude l'esprit : Qui finance les terroristes ? La réponse à cette question sera la clé qui ouvrira la porte de lutte contre le #Terrorisme dans le monde entier.

 

Nice, attentat : un camioon fonce sur la foule et faire une soixantaine de morts

Attentat de Nice : peut-on réellement lutter contre le terrorisme ? #PrayForNice