Un château qui s'écroule, c'est un pan de notre mémoire qui s'en va. La France bénéficie d'un patrimoine culturel et historique d'une extraordinaire richesse, et il est bien dommage que celui-ci ne soit pas toujours préservé comme il le mériterait. Le château de Veauce, superbe forteresse située dans le département de l'Allier, fait partie de ces somptueux témoignages du passé qu'il convient de protéger au mieux. Pourtant, la bâtisse est aujourd'hui en danger. 

Jusqu'au XVIIIe siècle, ce prestigieux château a abrité entre ses murs les plus anciennes familles du Bourbonnais.

 Au fil des siècles et des modifications apportées par ses propriétaires successifs, sa physionomie change.

Publicité
Publicité

Et, malheureusement, son état se dégrade. En 1841, le baron de Veauce entreprend des travaux de rénovation colossaux. XIXe siècle et Moyen Âge se mêlent alors pour former un ensemble saisissant, façonné par mille ans d'#Histoire et d'architecture. En 1973, le château de Veauce passe aux mains d'Ephraïm Tagori de la Tour, réputé excentrique et porté sur les phénomènes paranormaux. C'est d'ailleurs par le biais du paranormal que le château de Veauce va prendre un nouvel essor, et attirer de nombreux touristes. 

Car, à en croire Tagori de la Tour, la bâtisse serait hantée.

 La légende dit que le fantôme d'une jeune et belle domestique prénommée Lucie hanterait les lieux. Courtisée par le baron Guy de Daillon, elle aurait été séquestrée dans une tour par l'épouse de celui-ci, et aurait fini par périr dans sa sinistre prison, vaincue par le froid et la faim.

Publicité

Depuis, elle errerait certaines nuits sur le chemin de ronde, apparaissant lorsque sonnent les douze coups de minuit.

 Cette histoire a enthousiasmé les visiteurs, qui se sont pressés en masse pour visiter le château. Le journaliste Jean-Yves Casgha lui a même consacré un numéro de son émission "Boulevard de l'étrange". Il affirmera par la suite avoir bel et bien rencontré le spectre de Lucy. Tout ceci contribue à faire du château de Veauce un endroit aussi fascinant que mystérieux.

Mais à la mort d'Ephraïm Tagori de la Tour, en 1998, le château est de nouveau la proie de l'usure et des dégradations.

 En 2002, une Anglaise du nom d'Elizabeth Mincer le rachète. Elle crée en 2014 le fond de dotation Calligramme, afin d'entreprendre des travaux de rénovation. Ceux-ci n'ont pas encore été menés à bien, faute de moyens financiers. L'association "Adopte un château" a lancé une collecte afin de réunir les fonds nécessaires. Espérons qu'elle rencontre un franc succès, afin que cet endroit d'exception puisse être préservé.

Publicité

Lieu chargé d'histoire, le château de Veauce est aussi un lieu de vie, où se rencontrent et séjournent artistes, visiteurs, artisans, passionnés d'histoire et amateurs de légende. Il serait fort dommage que les assauts du temps et de l'usure, ne pouvant être combattus en raison d'un manque de finances, finissent par ternir pour de bon ce joyau de l'Auvergne.

Lire aussi :

Quand les croix gammées deviennent des œuvres d'art

Savant, cet artiste unique en son genre  

  #Art #Société