Pour le Dictionnaire La Toupie, "Le développement est l'action de faire croître, de progresser, de donner de l'ampleur, de se complexifier au cours du temps". Dans cette définition, le mot "ampleur" et le verbe "se complexifier" retiennent notre attention car ils résument bien l'état de plusieurs domaines sur le continent africain, lequel présente des caractères de développement dans plusieurs domaines là, où, dans certains, les indicateurs de décroissance sont plus manifestes. Évidemment, l'Afrique se développe, mais de manière dispersée.

 

Inégalités sociales entre les citoyens

Sur le même continent, il existe des citoyens excessivement nantis, vivant dans une opulence insolente qu'on ne trouverait même pas chez certains citoyens des pays développés. Et puis, en même temps, il existe des citoyens démunis, tellement démunis qu'ils n'arrivent pas à vivre décemment. Le problème est que lorsque les institutions internationales chargées de mesurer le niveau de vie des pays africains ne tiennent compte que des populations précaires, elles n'évoquent pas la population opulente. Ainsi, la réputation de pays pauvres colle aux pays africains.

 

Disparités économiques entre les pays

Au niveau des pays aussi, force est de constater que les pays africains ne se développent pas de la même manière. En effet, à chaque pays ses richesses nationales, et à chaque pays son PIB. Il y a bien sûr des pays qui ont un PIB moindre, et d'autres pays qui ont un PIB élevé. Mais, les organismes d'évaluation des richesses des pays ne font pas cette différence. Donc, tous les pays africains sont dits pauvres.

 

L'#Afrique connaît des fléaux de masse

Si l'on tient compte du mot "ampleur" et du verbe "se complexifier" caractérisant le développement, on voit que le continent africain connaît des fléaux à grande échelle, des fléaux dont l'ampleur fait penser aux sociétés de masse et aux pays développés. Par exemple, en Afrique on a :

- le chômage de masse, absent normalement dans une société agraire

- les pandémies

- la toxicomanie de masse

Fléaux propres aux pays développés.

 

L'Afrique à la pointe de la technologie occidentale

La technologie occidentale devient africaine par le pouvoir d'achat élevé des Africains car en Droit des contrats, ce qui est vendu et acheté transforme l'acheteur en propriétaire. Ainsi, au 21ème siècle, l'Afrique :

- vit des guerres à l'arme lourde, à l'arme automatique, propres aux pays développés car dans un pays sous-développé, les armes utilisées sont les sabres, les sagaies et les flèches,

- connaît le boom de l'internet et de la téléphonie cellulaire dans les villes et campagnes. Tel n'est pas le cas d'une société agraire.

 

Des problèmes sociaux propres aux pays développés en hausse en Afrique

Aujourd'hui, la solitude n'est plus la chasse-gardée de l'Occident. Dans les quartiers huppés des capitales africaines où vit l'élite, il existe un tel repli sur soi, une telle violence sournoise qui ne font pas de bruit, et qui font penser aux pays développés. Des retraités y connaissent l'isolement. Dans cette population aisée, le taux de divorce n'a rien à envier à celui de l'Occident. On divorce en cascade sans se remarier dans la grande partie des cas. La solitude en est aggravée. Dans les milieux intellectuels africains, le célibat est devenu un facteur d'isolement social. L'autre violence dans ces quartiers huppés est l'arnaque au nom de l'amour. On se fait proche d'une femme seule, âgée, mais riche, en manque d'affection pour la plumer. Le phénomène devient contagieux d'autant qu'il gagne les bidonvilles. On aime pour être payé en retour. Sans argent, l'étau de la solitude se referme sur l'individu. La société agraire ignorait ces pratiques. Aujourd'hui, dans les capitales africaines, la dépression nerveuse, les maladies mentales et le suicide sont légion, comme dans les pays modernes et développés.

 

Autant de caractéristiques propres aux pays développés qui font de l'Afrique, un continent développé. Mais, un continent développé en son genre. #Développement durable #Croissance économique