Chaque jour, nous sommes réveillés par de nouvelles révélations sur les planques, les astuces et les stratégies utilisés par les terroristes pour frapper dans les différentes villes du globe. C’est à peine si nous pouvons de nos jours parler des actes odieux posés par ces terroristes, tant ces faits sont devenus le quotidien récurrent de l’actualité européenne par exemple. Toutes les colonnes des journaux reviennent sur ce sujet au moins une fois par semaine et leur persistance mérite cependant que l’on s’y arrête.

 

A ce jour, la plupart des Etats membres de l’Union sont surtout préoccupés par la lutte contre le #Terrorisme, et abordent le problème sous l’angle des révélations. Le terroriste n’a pas peur de la mort car, pour lui, l’essentiel est de se faire exploser dans les lieux publics afin d'atteindre ses objectifs. Pourquoi communiquer sur les stratégies que ces derniers adoptent pour sévir ? La police a intérêt à demeurer muette sur ses nouvelles techniques pour surveiller les potentiels terroristes. A force de communiquer sur ces dernières, cette police offre plutôt l'occasion à ces terroristes à mieux peaufiner leurs stratégies.

 

L'efficacité dans la lutte contre le terrorisme voudrait qu'aucune révélation ne soit faite sur les techniques et stratégies utilisées par ces terroristes pour sévir. En jouant tous azimuts l’hypermédiatisation des stratégies utilisées, ils trouveront toujours des moyens pour contourner les astuces déjà connus de tous. Garder la bouche fermée sur les stratégies de frappes des terroristes est intrinsèquement un acte de communication, une victoire sur les forces du mal. Nous ne voulons pas, par cette réflexion, dire que nous ne remettons pas en cause la coordination antiterroriste européenne qui, depuis lors; a connecté les fichiers de la criminalité «classique» avec ceux du Système d’information Schengen (SIS) qui alimente tous les Etats membres de l’espace européen «de liberté et de sécurité».

 

Les attentats de Bruxelles, après ceux de Paris, démontrent que les réseaux terroristes implantés en Europe sont protéiformes et que la meilleure riposte large et efficace contre ces derniers consisterait à ne véhiculer toute information nécessaire qu'aux différents services de polices des différents Etats. Se faire accompagner par les médias dans cette difficile et lourde mission constituerait un manquement.

 

La Belgique sous les feux de Daesh. Paris-Bruxelles, même combat.

Sur les toits de Paris, une longue nuit sans étoiles #Union Européenne #Daesh