Il y a actuellement plus de 6 millions de sourds et malentendants en France, parmi un peu moins de 70 millions d'habitants. En fin de compte, presque 1 personne sur 10 en France est sourde ou malentendante. Pourtant ces handicaps - au sens clinique du terme - sont complètement méconnus du grand public qui a pourtant sa petite idée sur le sujet. "Les sourds sont forcément muets. Ils communiquent tous avec le même langage. Sourd et malentendant c'est pareil non ?". Autant de préjugés qui ont la vie dure et qui démontrent un vrai manque d'informations sur le sujet. Voyons ensemble ce qu'il en est !

Publicité

Sourd ou malentendant ?

La plupart d'entre nous pense que sourd et malentendant sont deux termes complètement synonymes et qu'il est préférable d'utiliser le second pour ne pas blesser.

Publicité

Que nenni ! Chacun a une définition précise et en utiliser l'un ou l'autre aveuglément pourrait choquer votre interlocuteur. Les sourds n'apprécient pas qu'on les traite de malentendants et vice versa. Appelez un chat, un chat, tout simplement.

Un sourd est une personne qui n'a jamais possédé d'audition, ce dès sa naissance, tandis qu'un malentendant est une personne ayant perdu tout ou partie de son audition au cours de sa vie : même si cette personne n'entend plus aucun son, elle ne peut pas être qualifiée de sourde.

Plusieurs langues des signes

Contrairement à la croyance populaire il n'existe pas une seule langue des signes universelle tout comme il n'existe pas une seule langue orale universelle. Il en existe des centaines dans le monde entier, et, bien qu'elles aient des similarités entre elles, elles ont de réelles différences. En France il y a la LSF, en Espagne la LSE, en Italie la LIS,, etc..

Publicité

Les sourds, très généralement, utilisent une des langues des signes afin de communiquer car ils arrivent à les assimiler assez rapidement. Les malentendants par contre, par rejet de la culture des Sourds et de la volonté de rapprochement des entendants - le nom qu'on donne à ceux qui ne sont ni sourds ni malentendants - refusent souvent de l'apprendre.

Entre honte et fierté

C'est d'ailleurs une différence fondamentale entre les sourds et les malentendants : les sourds sont fiers de l'être et les malentendants en ont honte. Pourquoi ? Les sourds ont été habitués à vivre de cette manière, ils ont rencontré énormément de difficultés qu'ils ont bravées depuis leur enfance. Il y a une vraie culture des Sourds à laquelle ils se rattachent. Les malentendants quant à eux, n'arrivent pas à se faire à l'idée qu'ils ne puissent plus faire partie des entendants, d'où le refus de signer comme les sourds. Ils préfèrent utiliser des appareils auditifs ou des implants afin de percevoir des sons avec une qualité perfectible, certes, mais qui ne cesse de progresser avec l'amélioration des technologies..

Publicité

Des sourds non muets

Les sourds sont capables de parler aussi étonnant que cette affirmation puisse paraître. Le fait de ne pas avoir d'audition n'empêche pas l'appareil phonatoire - l'ensemble des éléments du corps qui produisent le son, c'est à dire les cordes vocales, les lèvres, etc - de faire son travail. C'est bien plus difficile puisqu'on on est incapable de s'entendre, mais tout à fait réalisable. Et bien que cela soit possible, beaucoup de sourds se refusent à parler car, comme dit précédemment, ils sont fiers de leur culture et de la langue des signes qu'ils utilisent.

Ne restons plus sourds

Il est important d'être conscients que cette grande partie de la population existe, de savoir qui elle est. Apprenons à communiquer avec eux, faisons un effort pour nous faire comprendre et les comprendre. Vous serez probablement en mesure d'y parvenir après avoir vu cette vidéo :

Les avantages et inconvénients à être un artiste indépendant

Le difficile chemin de la démocratisation en Afrique francophone #Santé