L'Euro 2016 de football et les Jeux Olympiques de Rio semblent déjà bien lointains. La chaleur, le soleil et l'actualité relativement calme avaient presque rendus les Français sereins. Mais septembre se profile à l'horizon et l'Hexagone va sortir peu à peu de sa léthargie estivale. Un réveil qui promet d'ores et déjà d'être difficile. Plusieurs manifestations et mouvements de grêve vont avoir lieu dans le pays. Il n'y a pas eu de miracle : les problèmes sociaux ne se sont pas évaporés pendant les grandes vacances. Le gouvernement et les forces de l'ordre vont encore avoir du pain sur la planche, dans un climat global exécrable, gangréné par des débats sans fin sur la laïcité.

La loi Travail au coeur de la rentrée sociale en France

La première forte mobilisation va concerner la lutte contre la loi Travail. Même si le texte est passé en force au Parlement le 21 juillet dernier, puis promulgué le 8 août, les opposants restent motivés. Les grands syndicats français ont appelé à une journée d'action et de #Grève le jeudi 15 septembre. Par ailleurs, les leaders de la CGT, FO et de la FSU ont organisé un meeting à Nantes une semaine avant afin de lancer la #rentrée sociale. La journée du 15 septembre sera donc cruciale et permettra de déterminer le degré de mobilisation du peuple.

Air France-KLM dans la tourmente

Les jours qui arrivent seront également tendus chez Air France- KLM. Les 27 et 28 septembre, 15 salariés de l'entreprise passerant devant le tribunal correctionnel de Bobigny, cinq sont jugés pour violence en réunion, et les dix autres pour dégradation. Il s'agit des suites de la fameuse affaire de la "chemise arrachée". Trois organisations syndicales appellent à manifester devant le tribunal pour demander la relaxe des prévenus. D'autre part, les négociations sur les salaires, qui avaient entraîné de forts blocages fin juillet, ont repris ce mercredi 24 août. Le dialogue est délicat et des menaces de grève peuvent encore se concrétiser. Air France n'est pas la seule compagnie à connaître des difficultés. Vueling a failli entamer un mouvement social ce vendredi. Après huit heures de négociations deux jours avant, le préavis a été levé. Les salariés dénoncent de mauvaises conditions de travail et des rémunérations trop faibles..

Des grèves en perspectives

Même si le chômage a légèrement baissé ces derniers mois, certaines grosses sociétés suppriment toujours des emplois. C'est le cas de SFR Numéricable qui sera en grève mardi 6 septembre. Chez Renault, qui a lui aussi détruit des postes, syndicat et direction doivent entamer des négociations sur les conditions de travail, la précarité et les salaires. Un peu plus tard, à partir du 28 novembre, un scrutin décisif aura lieu dans les très petites entreprises. L'élection permettra de désigner les représentants syndicaux dans les futures commissions paritaires régionales et les juges des prud'hommes.

Le gouvernement en ordre de bataille

Le gouvernement va donc devoir retrousser ses manches et surveiller tous ces dossiers. L'exécutif se tient prêt, comme le montre le Conseil des ministres du lundi 22 août, lequel a véritablement marqué la rentrée du côté du pouvoir. François Hollande était présent lors de cette réunion. Il a évoqué la persistance de la menace terroriste, la baisse du chômage et les problèmes que connaît la France "au niveau international, au niveau européen et au niveau national". A huit mois des élections présidentielles, le chef de l'Etat entre dans une période décisive. Dans une ambiance générale tendue, sur fond de querelles autour de la laïcité (l'affaire du burkini embrase le débat public), la bonne ou mauvaise gestion de cette crise pesera certainement dans la balance électorale. #manifestation