Ce fut un été brûlant de polémique pour la France qui ne finit plus de se tourmenter pour un simple accessoire de bain : le #Burkini. Il a débarqué sur nos plages tel un tsunami dévastant de toutes parts les opinions de chacun, et depuis il n'a de cessé d'échauffer les esprits des communes.

Plusieurs municipalités ont décidé d'interdire le port du burkini sur leur plage depuis le mois d'Août 2016. Sur les arrêtés municipaux, il est écrit que toute personne doit avoir "une tenue correcte, respectueuse des bonnes moeurs et du principe de la laïcité...". Pourtant, le mot burkini n'est mentionné explicitement nul part. Plusieurs tribunaux ont validé les arrêtés émis par les maires notamment celui de la région cannoise David Lisnard. À la suite de recours d'associations, le conseil d'État, plus haute juridiction administrative, s'est saisi de l'affaire et a décidé de suspendre l'arrêté d'interdiction, n'en déplaise à ses détracteurs. Pour certains s'y opposant farouchement, il ne serait donc pas "une tenue correcte et respectueuse des bonnes moeurs...". On pourrait alors poser logiquement la question suivante : les nudistes et autres adeptes du monokini... respectent-ils ces dits principes ? bien que de toute évidence, chacun et chacune d'entre nous soit libre de porter ce qui lui plaît sur une plage, du moins jusqu'à très récemment.

 

Le burkini simple maillot de bain intégral ou tenue islamiste ? 

Penchons nous un peu sur la définition de ce fameux grand méchant burkini : c'est un accessoire de bain qui recouvre entièrement le corps excepté le visage, les mains et les pieds, une combinaison de bain en somme. Les surfeurs portent bien une combinaison sur les plages ? À ce rythme là, ça va drôlement commencer à se compliquer pour nos amis à planche également. Ce n'est donc pas nécessairement un accessoire religieux terrorisant et peuplant les plages de France et d'Europe. Pourquoi le serait-il ? Parce qu'il couvre entièrement le corps ou parce qu'une grande majorité des personnes qui le porte sont de confession musulmane ? Ce serait une déduction bien absurde et réductrice pour un pays aussi démocratique que la France, qui prône mordicus les valeurs de la "liberté, égalité, fraternité". Il pourrait tout aussi bien être porté par des personnes ne souhaitant pas exposer leur corps par pudeur, complexe, ou par simple crainte d'attraper un cancer ou ayant déjà eu un cancer de la peau, du sein. Ou bien encore les personnes souffrant de gymnophobie/nudophobie - peur de la nudité - Et oui cela existe, on oserait les priver en plus de ce lourd fardeau, de pouvoir se baigner en toute liberté ? Pourquoi constamment ramener tout cela à une question religieuse ? C'est un sujet plutôt alarmant puisqu'il était tout de même question d'empêcher les gens de s'habiller comme ils veulent pour aller à la plage.

 

Le paradoxe de la laïcité et ses deux poids deux mesures

Il aura suffit d'un tout petit accessoire de mode recouvrant tout le corps pour faire valser le principe historique même de la laîcité, qui jusqu'à présent nous expliquait que tout un chacun est libre de porter ou pas ce qui lui plaît.. Arrêtons donc de nous sentir concerné(e)s par ce que portent ou ne portent pas les uns et les autres. Cette tenue n'est pas plus un problème pour la population, pas plus que le musulman lambda. Le fléau de notre société actuelle, c'est la peur de tout mais surtout de l'autre, de celui qui est différent de par sa tenue vestimentaire, sa couleur de peau, sa pensée.

Le burkini ne devrait pas être vu comme une provocation, mais plutôt comme un simple accessoire vestimentaire de mode qu'une femme peut arborer pour faire valoir son côté pudique ni plus ni moins. La mode après tout, ce n'est pas ressembler à tout le monde, c'est se ressembler à soi, avoir son propre style à la plage et partout ailleurs. #Islam #Société