Suite aux récentes attaques terroristes des mesures ont été instaurées pour renforcer la sécurité dans les établissements scolaires. En effet, Bernard Cazeneuve et Najat Vallaud-Belkacem ont exposé de nouvelles instructions suites aux mesures qui avaient déjà été prises fin 2015 après les attentats du 13 novembre. Plusieurs points évoqués :

Des réunions destinées à informer parents et élèves

Les directeurs d’écoles auront pour rôle d’informer les parents comme les élèves des nouvelles mesures de sécurité afin de renforcer la vigilance dans les établissements. Ces réunions d’information doivent normalement avoir lieu dès la rentrée.

Un renforcement de la sécurité dans les zones vulnérables

Cela concerne principalement les accès isolés au sein des établissements scolaires mais aussi la voie publique. Cette mesure s’adresse aux préfets et recteurs qui devront apporter une attention particulière à cette mesure.

Des exercices de simulation durant l’année scolaire

Dans un objectif de prévention, le nombre d’exercices est passé de 2 à 3 toujours dans le cadre du PPMS, un dispositif concernant la sécurité des écoles qui avait été mis en place en 2001. L’un des exercices doit porter sur un attentat intrusion avec une alerte distincte de celle donnée en cas d’incendie. Cette mesure a été instaurée pour permettre une meilleure préparation des élèves et de l’établissement dans le cas où une telle situation se produirait. Les académies ont pour mission de tester l’envoi d’alerte SMS aux écoles le jour de la prérentrée car en cas d’attaque terroriste, ce sont elles qui donnent les consignes à suivre aux établissements scolaires.

Des mesures de sensibilisation dans les établissements scolaires

Cette instruction n’apporte en réalité pas de nouveauté. Elle est destinée à mieux préparer les élèves quant aux réactions à adopter face à une menace terroriste. Des éclaircissements sur cette mesure de sensibilisation seront apportés avant la rentrée 2016.

Un suivi des élèves radicalisés

Les élèves signalés comme entrés dans le processus de radicalisation devront être suivis. Les préfets devront informer les inspecteurs d’académie des résultats de cette surveillance. Dans des cas plus importants, les chefs d’établissement seront également informés afin d’effectuer un suivi plus approfondi sur les conditions de scolarisation ainsi que le suivi éducatif des élèves. Un dispositif similaire est mis en place pour le personnel des écoles afin de prendre les précautions adaptées.  #Terrorisme #Société #Blasting News