Attitude N°1 - Comprendre la physiologie et le développement de votre #enfant

Comprendre le fonctionnement de votre bébé est la base de tout : plus vous en saurez, plus vous serez zen face aux pleurs, aux colères… Renseignez-vous sur sa physiologie : pourquoi dit-on que le cerveau d'un tout petit est immature ? Pourquoi, en dessous d'un certain âge, ne peut-il pas faire de caprices ? Qu'expriment les pleurs ?

 

Attitude N°2 - Répondre aux besoins de votre enfant

Un bébé ou un petit enfant exprime ses besoins avec les moyens dont il dispose (cris, gestes, pleurs…), parfois d'une manière un peu déroutante pour les parents. La base de la #bienveillance est de répondre à tous les besoins, sans délai. Votre bébé à faim, vous le nourrissez ; il se sent seul, prenez-le dans vos bras. Pourquoi le faire attendre ? Se sentira-t-il moins seul si vous attendez 15 minutes avant d'aller le chercher lorsqu'il pleure ? Au contraire, cela exacerbe sa solitude et donc ses pleurs.

 

Attitude N°3 – Accueillir tous les sentiments de votre enfant

Votre enfant se met en colère car vous refusez de lui acheter un jouet ? Premier réflexe : vous vous énervez contre lui, lui reprochant sa colère. Pourtant la colère est un sentiment qu'il est normal d'éprouver, tout comme la frustration, la peur ou la joie. N'interdisez pas à votre enfant de ressentir des émotions, mais apprenez-lui à poser les mots dessus : "Tu es en colère car tu n'as pas pu avoir ce jouet".

 

Attitude N°4 : Apprendre à faire seul

Il veut se lever et vous avez peur qu'il tombe, vous lui dites : "Attention, tu vas tomber !". Sans vous en rendre compte, vous empêchez votre enfant de faire des expériences, vous lui apprenez qu'il n'est pas capable. La bonne attitude : restez auprès de lui par sécurité, mais soyez positif, encouragez-le. Et s'il tombe, soyez auprès de lui pour le réconforter, sans faire de reproche.

 

Attitude N°5 : Aimer son enfant

Cela peut paraître évident, pourtant parfois les parents ne se rendent pas compte de la portée de leurs mots. Ou ils ne différencient pas l'acte de la personne. Si votre enfant tape un camarade, bien sûr vous n'aimez pas et n'approuvez pas son acte. Mais lui, vous l'aimez quoiqu'il arrive, qu'il ait une mauvaise note ou qu'il se comporte mal. Et votre amour le rendra meilleur. #Education