La terre tremble parfois d'une drôle de façon au Japon

Vous ne vous en rappelez peut-être pas, mais l'année dernière, il y a eu un séisme au Japon. Celui-ci était d'ordre sociologique sur fond de reines de beauté : le pays avait couronné une #Miss #Japon... pas 100% japonaiseEt alors ? Demanderez-vous. Eh bien, l'archipel n'est pas connu pour son ouverture d'esprit, quand on sait que les étrangers comptent pour 2% de la population totale. Et pourtant, Ariana Miyamoto, une afro-japonaise, avait été choisie en 2015 pour représenter son pays à l'élection de Miss Univers. Son élection avait fait grand bruit, la grande majorité des commentaires déplorant que la Miss était en partie étrangère (plus étrangère que japonaise, d'ailleurs) et regrettant qu'une japonaise "pure" n'ait pas remporté la couronne. Sur Twitter, beaucoup ironisaient sur leur "demi-tristesse" à l'idée qu'une "demi-japonaise" représente leur pays. Depuis, il semblerait que le Japon ait fait du chemin.

 

"Hafu", "pas assez pure", les clichés ont la vie dure

Le 5 Septembre, une nouvelle Miss Japon a été élue. Son nom ? Priyanka Yoshikawa, née d'un père indien et d'une mère japonaise. Selon la terminologie assez douteuse utilisée dans le pays, elle est elle aussi une "hafu", un mot tiré de l'anglais "half". Inutile de vous faire une explication de texte. La Miss fraîchement élue a d'ailleurs réservé ses premiers mots pour rendre hommage à sa prédécesseur : «Avant Ariana, les filles hafune pouvaient pas représenter le Japon. C’est du reste ce que je pensais également. Ariana m’a encouragée, ainsi que toutes les autres métisses, en nous montrant le chemin à suivre. […] Oui, je suis à moitié indienne et les gens me questionnent au sujet de ma pureté. Mon père est indien et j’en suis fière, mais ça ne veut pas dire que je ne suis pas japonaise» (déclaration à l'agence Jiji). Alors qu'un torrent de (mauvaises) réactions avait accompagné l'élection d'Ariana Miyamoto l'année dernière, celle de Priyanka Yoshikawa n'a, pour le moment, pas déchaîné les foules. Il serait intéressant de voir dans quels autres domaines des métis japonais pourraient se distinguer...