D’après les premiers éléments de l’enquête, la jeune femme a été tuée par cinq balles dont deux mortelles, à la tête. La scène s’est déroulée à Pommiers, une cité de #Pantin en Seine-Saint-Denis. Le meurtrier était à bord d’un scooter et s’est enfui après avoir tiré cinq balles, à bout portant, en passant son bras dans l’habitacle de la voiture, visiblement. Selon le parquet de Bobigny, « Les premiers éléments recueillis inscrivent ces faits dans un contexte de règlement de compte ».

En effet, Bertrand Kern, le maire de la ville a déclaré que la famille de la défunte âgée d’une trentaine d’années était « connue des services de police et liée au milieu du grand banditisme ». La brigade criminelle de la police judiciaire de Paris est en charge de l’enquête qui a été ouverte concernant l'assassinat. Samedi après-midi, le criminel n’avait toujours pas été identifié. Il portait un casque de moto, son visage n’a pas été aperçu. Bien que la piste du règlement de compte soit privilégiée, la construction médiatique face à l’événement à fait grand bruit. Il n’a été précisé que très tard que la victime était voilée. Un détail qui a scandalisé certains internautes.

 

Le voile : un détail qui s'est fait attendre 

Les réseaux ont été un canal de diffusion primordial de cette information. Un internaute a même été contacté par un journaliste de l’AFP qui souhaitait plus de détails sur le meurtre. Une information circulait beaucoup sur les réseaux : la victime portait le voile, ou plus précisément, le Jilbeb (long voile composé d’une pièce ou de deux pièces, couvrant le corps de la femme musulmane, à l’exception du visage et des mains, ndlr). Pourtant, ce n’est que le lendemain du meurtre que les médias ont commencé à diffuser cette information très présente sur Facebook. Selon l’AFP, la piste islamophobe n’est pas privilégiée et c’est pourquoi, certains journaux dont Direct matin précisent : « La jeune femme portait un voile, mais  rien ne nous oriente vers une piste islamophobe" » toujours d’après l’AFP.

 

Un drame qui divise les internautes

Face à ce discours, certains internautes sont suspicieux et s’indignent : « On en est arrivé là ! BFMTV s'abstient de dire qu’elle était musulmane et voilée », « Apparemment l’info est passée sur Europe 1 sans préciser la tenue de la personne. ». Une autre internaute explique : « Je n’en n’ai pas l’ultime certitude, je n'étais pas sur place, mais peu importe. On sait que les médias mentionnent l’appartenance à la religion musulmane surtout lorsque la personne est coupable et beaucoup moins lorsqu'elle est victime. Elle est morte parce qu’elle musulmane et qu'elle porte le voile ». 

En fait, les internautes et principalement les usagers de Facebook dénoncent un traitement médiatique « deux poids deux mesures ». Selon eux, l’#Islam serait immédiatement mise en cause lorsque c’est la personne qui agresse qui se revendiquerait ou que l’on revendiquerait « musulmane ». Toutefois, lorsque la personne musulmane est la victime, on évite de mentionner ce détail. Autre sentiment très répandu au regard des commentaires de la communauté musulmane le « ça aurait pu être chacune d’entre nous. » qui crée un sentiment de peur.  Ce débat intervient dans à un environnement ou les questions du voile et de l'Islam ont déjà fait verser beaucoup d'encre et notamment avec l'affaire du Burkini ou encore de la rixe de Sisco en Corse.

Cependant pour certains, il est parfaitement probable que cette mort soit véritablement liée « aux règlements de comptes liés à la drogue, trafic d'armes et autres dérives criminelles. ». Pour d’autres, malgré le caractère flou du discours des médias, « la seule certitude c'est que, nous devons de manière systématique, sanctionner au plus haut point, les actes de justice sauvage de ce type, qui malheureusement ont coûté la vie à cette personne, voilée ou pas, c'est intolérable. ». #actualité