S'il existe un fait qui énerve les usagers des autoroutes françaises, c'est l'incivilité de ceux qui jettent par la fenêtre de leur véhicule des déchets divers. Les bordures des autoroutes sont souvent transformées en dépotoir. Idem pour les bandes d'arrêts d'urgence ou les aires de repos. Canettes, papiers, plastiques, gobelets, paquets de cigarettes, boites et sacs de restauration rapide...Tout y passe.

 

Les automobilistes accumulent les détritus le long des voies

Les autoroutes du nord de l'Île-de-#France, que nous avons eu l'occasion de parcourir le week-end, passé sont les plus visées. Des deux côtés des voies empruntées, les ordures s'amoncellent en raison des #Incivilités. Par endroit, on a l'impression de se retrouver dans les décharges pour ordures ménagères avec pour conséquence l'atmosphère lourde et polluée. Le touriste qui débarquent à Roissy et empruntent l'#Autoroute A1 pour rejoindre Paris est cueilli à froid par ces tas d'ordures qui longent le long des voies empruntées. En France, l'entretien des autoroutes concernées relève de la Direction Régionale et interdépartementale de l'Équipement et de l'Aménagement Île-de-France (DRIEA).Cette dernière s'active nuit et jour à nettoyer les abords des autoroutes incriminées, mais les actes d'incivilité réapparaissent par la suite. Ce qui ne cesse d'inquiéter les autorités de la DRIEA et les usagers. Déjà en 2013, dans un courrier adressé au préfet de Seine-Saint-Denis, Monsieur Stéphane Troussel, président socialiste du Conseil général de Seine-Saint-Denis, tirait la sonnette d'alarme en ces termes : "Dans de trop nombreux points du département, les déchets font malheureusement partie du paysage. Cette situation devrait prendre fin". Nous sommes en 2016, cette situation décriée demeure et les usagers de la route semblent pour certains confondre ses abords et les aires des autoroutes en dépotoir.

 

Pour Emmanuel Ratel, sociologue à Lille, "Si les déchets le long des autoroutes sont source de pollution, ils ont également un impact négatif sur l’attractivité des touristes". Ce chercheur, que nous avons pu rencontrer, affirme que les autorités locales doivent continuer à "sensibiliser les usagers du réseau routier français, à adopter un comportement plus responsable en matière de propreté publique". Plus loin, il suggère que les "auteurs de ces incivilités soient sévèrement sanctionnés". Selon un sondage Ipsos (entreprise de sondages français) pour Vinci rendu public le 4 Août dernier, "lorsqu’il roule sur l’autoroute, près d’un Français sur trois (31 %) déclare qu’il lui arrive de jeter des déchets par la fenêtre de sa voiture". La même source affirme que près de 4.900 tonnes de "déchets sauvages" ont été ramassés l’an dernier (2015, Ndlr). Les "déchets organiques, trognons de pommes et autres noyaux de fruit, sont les plus fréquents (23 %), devant les mégots et chewing-gums (18 %) ainsi que les papiers, mouchoirs et emballages (5 %)".

 

Un déchet jeté par la fenêtre de son véhicule constitue un danger

Il est important de souligner ici que les conducteurs ou passagers qui jettent leurs déchets par la fenêtre exposent les usagers de la route à des dangers divers. Imaginez que vous roulez à 110 km/h et que vous êtes surpris par un colis qui surgit de façon impromptue sur votre pare-brise. Par réflexe, vous donnez un coup de volant ou freinez pour éviter l’objet. Quelle sera la réaction du véhicule qui vous suit ? Sur l’autoroute, tous les déchets jetés finissent le long des voies et s'accumulent pour la plus part des cas . En cas de vent fort, ces déchets peuvent se retrouver sur la chaussée et constituer un danger pour les usagers. Pourtant, la solution est simple : Pourquoi ne pas conserver ses déchets dans le véhicule, pour les déposer dans une poubelle de son choix ? C'est un réflexe à acquérir pour la sécurité de tous !