C'est après cette vague d'attentats survenue en France avec notamment l'attentat de Nice que la France se retrouve encore une fois confrontée à de nouvelles affaires liées au #Terrorisme

Ce jeudi 8 Septembre, 3 femmes suspectées dans une affaire de terrorisme ont été arrêtées et mises en examens dans un quartier de l'Essonne. Ces trois femmes : Ines Madani âgée de 19 ans, Sarah Hervouet âgée de 23 ans et une femme âgée de 36 ans se sont cachées dans le domicile de l'une d'entre elles  et c'est lorsque l'une d'entre elles est sortie que l'interpellation a eu lieu. Mais lors de l'interpellation, Ines Madani, la plus jeune des trois femmes sort un couteau et tente de poignarder l'un des policiers. Des coups de feu sont tirés pour tenter de la neutraliser. Elle est finalement neutralisée mais blessée puis conduite à l'hôpital.

 

De précédentes arrestations

Ce n'est pas la première arrestation menée : un couple du Loiret avait été interpellé ce mardi 6 Septembre sur une aire d'autoroute. L'homme est âgé de 34 ans, la femme de 29 ans. Tous deux étaient déjà connus des services de renseignements pour leur appartenance à l'islam radical et pour avoir tenté par le passé de rejoindre #Daesh. Puis le mercredi 7 Septembre, un autre couple est interpellé près de Montargis. Les deux couples se connaissaient très bien puisque les deux hommes étaient frères.

 

Une voiture retrouvée près de la cathédrale Notre Dame

Ines Madani était la fille propriétaire de la voiture retrouvée près de la cathédrale Notre Dame par l'employé d'un bar. Cette voiture était suspecte car elle ne possédait pas de plaque d'immatriculation ni aucun autre moyen de l'identifier, et était postée au même endroit depuis un moment. Après l'avoir fouillée, les services de #Police ont retrouvé à son bord 6 bonbonnes de gaz et 3 bouteilles de carburant. Radicalisée, la jeune femme était connue des services antiterroristes et fichée S pour avoir tenté de rejoindre la Syrie. Un ancien voisin de Ines Madani témoigne : "Je suis arrivé ici, elle avait deux ans, elle en a 19 aujourd'hui, ce qui s'est passé entre-temps je ne sais pas. Elle était en Niqab des pieds à la tête, on ne voyait plus que son visage". Les policiers, qui les soupçonnaient déjà, étaient à leur recherche depuis dimanche, et les avaient localisées ce jeudi. Ils craignaient que les jeunes femmes commettent un attentat dans une gare d'Île de France.