Qu’est-ce que représente une fiche S dans la #Police ?

"C’est une fiche de diffusion s’inscrivant dans un domaine spécifique. Le fichier des personnes recherchées compte 21 catégories, avec une nomenclature sous la forme d’une lettre. Par exemple, la fiche M est dédiée aux mineurs fugueurs. Toutes ces fiches sont envoyées par un service d’origine (Ex : Police de Marseille) au FPR (Fichier des personnes recherchées) à Paris qui va ensuite le diffuser à toutes les polices de France. Cette fiche comprend l’état civil, le signalement, la photographie, les motifs de recherche, le véhicule utilisé, la dangerosité potentielle mais surtout la conduite à tenir".

Qu’est-ce qu’une fiche S ?

"Tous les individus fichés S ont un lien plus ou moins étroit avec le #Terrorisme. La personne est signalée comme susceptible d’agir. Le service d’origine crée la fiche qui va indiquer le niveau de dangerosité de l’individu. Plusieurs degrés de S1 à S16 indiquent les actions à entreprendre lorsqu’un agent de police se retrouve face à un suspect".

Peut-on arrêter un individu faisant partie de cette catégorie ?

 "Non, c’est impossible. En réalité la fiche S a un rôle d’alerte. En cas de contrôle d’identité, les forces de l’ordre peuvent savoir et signaler la présence de l’individu fiché dans cette catégorie. Elle signale des soupçons pesants sur une personne contrôlée et tout renseignement à son sujet peut être utile à l’avenir"

 

"Les fiches S sont temporaires"

Une fiche S peut-elle dire que l’individu est coupable ?

"Non,l’individu n’est pas coupable, il est susceptible de passer à l’action. Grâce à cette fiche de signalement, nous pouvons connaître le degré de conduite de l’individu. Il est alors nécessaire de surveiller ce genre de personnes qui ont des revendications salafistes ou autres qui peuvent être dangereux pour la société".

Une personne est-elle fichée S à vie ?

"Non, c’est un problème,les individus fichés dans cette catégorie ne le sont que durant un an si ils ne commettent aucun infraction. Les fiches du FPR sont temporaires".

Plusieurs terroristes sont passés à l’action à Paris, à Nice, d'autres tentent comme à Notre Dame cette semaine, pourquoi ces personnes fichées ne sont-elles pas suivies ?

 "Pour suivre quelqu’un, il faut du monde. Voilà la lacune ! En France, chaque service est confronté à des individus fichés S. Ce sont ces services qui perçoivent la nocivité des personnes concernées. Les informations sont là mais inexploitées. Les technologies actuelles permettent de remonter facilement vers les personnes susceptibles de passer à l’acte".

 

L’état d’urgence est-il un moyen supplémentaire pour neutraliser ces individus ?

"L’état d’urgence est une bonne chose pour une plus grande liberté d’action. Mais trois mois n’est pas suffisant, les terroristes savent se mettre au vert et cinq mois après ,c'est reparti ! L’état d’urgence permanent,  pourquoi pas ?".

François Hollande a débloqué un budget supplémentaire, l’argent est-il le moyen pour lutter contre le terrorisme ?

"C’est le nerf de la guerre ! Les mesures auraient dû être prises après Charlie Hebdo. Nous pleurons toujours les bilans (Paris, Bruxelles,Nice). Les moyens humains sont nécessaires mais sans l’arsenal législatif, les terroristes ont les mains libres".

Pensez-vous que l'élection de Mme LE PEN au pouvoir serait un début de solution?

"Il est déplorable pour les candidats, gauche ou droite, de se servir des événements, pour construire une campagne sur ce qui devrait aller de soi, la sécurité de TOUS. A juger qu'il n'y a pas péril en la demeure, on meurt pour des idées qui n'auront plus cours demain".