C'est en faisant ses missions de chauffeur livreur à Paris que Malik, jeune habitant de Sarcelles, a pris conscience de l'ampleur des difficultés que vivent les migrants, qui souvent se heurtent à plus d'un "simple" mur. Il les croise chaque jour dans son camion, les voit vivre dans des conditions extrêmement dures et a donc décidé d'agir à son niveau pour leur venir en aide. Il décide alors tout simplement de convier ses amis à se mettre en cuisine, à concocter des plats pour les amener aux migrants qui dorment dans les rues, et à en assurer la distribution eux-mêmes. Les amis du jeune homme le soutiennent instantanément et l'élan de solidarité est massif, et ce sont des dizaines de jeunes et moins jeunes qui se retroussent les manches.

Publicité
Publicité

Du riz, des sandwichs, de l'eau et toutes sortes de plats sont préparés, sont amenés aux migrants dans une dizaine de véhicules qui transportent toute la nourriture. L'accueil est ému, de la part des migrants comme de ceux qui ont donné de leur personne pour cette action, qui voient que leur investissement a un impact réel. Pour perpétuer l'idée, les jeunes ont l'idée de la propager en utilisant la viralité Facebook : les quartiers de Sarcelles se nomment entre eux, comme en son temps pour le Ice Bucket Challenge, et après le quartier des Vignes Blanches, c'est celui des Sablons qui répond à l'appel.

La solidarité se propage par les réseaux sociaux

A chaque fois, les jeunes nomment un autre quartier à la fin de la vidéo, et l'effet "boule de neige" mêlé de compétition bienveillante fonctionne à plein avec des réseaux sociaux qui répondent présent devant cette belle action. La solidarité gagne les différents quartiers de Sarcelles, et donne aussi un sens profond à un défi Facebook, en rappelant que les jeunes de ces banlieues savent s'impliquer positivement et faire preuve de générosité. La prochaine étape est peut-être que le défi dépasse les frontières de Sarcelles, en tout cas c'est l'espoir des jeunes à l'origine de cette très belle initiative, qui comme ils le rappellent, ne nécessite qu'un peu de volonté et d'énergie positive.

Publicité

Tous en cuisine alors !

#solidarité #Immigration