Depuis plus d'une semaine qu'ils manifestent, les #policiers ont enfin obtenu une rencontre avec François Hollande. Ils viennent faire part de leur solidarité pour leur collègue et d'un ras-le-bol d'être de plus en plus les cibles d'agressions. En outre, ils ont déjà été satisfaits avec la revue à la hausse du budget de l'Etat leur étant dédié. Mais ces mesures ne suffisent pas, et les revendications se multiplient.

Quelles revendications de la part des policiers ?

Les syndicats policiers réclament plus de moyens, mais le principal problème vient d'un constat d'inefficacité de la #Justice. Depuis quelques temps, les policiers en ont assez de devoir ramener les mêmes individus devant la justice. Ils ont comme l'impression que leur action est rendue vaine par une justice qui n'est pas assez ferme. Ainsi, ils réclament également un allègement de la procédure pénale et des décisions de justice plus significatives pour les multirécidivistes. De même, ils demandent une réforme de la légitime défense. Isabelle Trouslard, de Synergie-officiers, affirme que c'est afin de "pouvoir nous focaliser sur le danger sans être tétanisés par le risque judiciaire. Aujourd'hui, les conditions sont trop restrictives." Or, le #Gouvernement refuse de reculer au sujet du respect de l'état de droit. 

Quelles concessions pour les policiers ?

Le gouvernement dit comprendre la colère des policiers, mais les rappelle à leur déontologie. Néanmoins, il accepte de faire quelque concessions. Ainsi, une centaine de millions d'euros devraient être débloqués pour les policiers qui oeuvrent sur la voie publique et dans les commissariats. De plus, il accepte de limiter les formalités pour les cas récurrents aux commissariats comme la prise en charge d'individus en état d'ivresse. Dorénavant, le médecin devrait se rendre lui-même au commissariat pour s'occuper de l'individu. En outre, la sécurité des policiers devrait être mieux assurée grâce à l'achat d'un nouveau matériel de défense. En effet, des films anti-effraction devraient être fixés sur les vitres des véhicules de police et les policiers devraient disposer de nouvelles tenues, ignifugées. Des travaux de rénovation des commissariats pourraient être menés avec un budget de 20 millions d'euros. Néanmoins, la légitime défense ne sera pas réformée. Si les moyens sont débloqués, trop peu d'exigences, selon les syndicats policiers, concernant les rapports avec la justice, ont été satisfaites.