Au retour de son voyage à Azerbaïdjan en Géorgie, Le pape a dénoncé devant un parterre de journalistes qui l'accompagnaient, un "sournois endoctrinement de la théorie du genre" dans les manuels scolaires français.  Selon lui, cette "doctrine" se propage. Et pour donner un exemple, le pape François a raconté une anecdote cité par un père de famille dont le fils de 10 ans veux devenir une "fille" quand il sera plus grand.

La théorie du genre fait aussi sa rentrée politique

Personne n'est à l'abri de la controverse de cette théorie. Pas même les politiques. A droite comme à gauche les commentaires fusent. Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire des Républicains a déclaré dans une interview sur Europe 1, que le pape François "est allé un peu vite en besogne". Pour NKM, les manuels scolaires n'ont jamais contenus des propos ou des allusions de ce sujet. Du côté de la gauche, la présumée initiatrice de la théorie du genre, la ministre de l'éducation, Najat Vallaud Belkacem, est "en colère" contre les observations du pape. Selon elle, le pape serait "lui aussi victime de la campagne de désinformation massive des intégristes tels la fondation Lejeune, Vigigender ou d'autres associations encore". Elle invite le pape à venir en France, rencontrer les enseignants et de "feuilleter lui-même les manuels scolaires et de m'expliquer en quoi il y aurait une théorie du genre - qui d'ailleurs n'existe pas - dans ces livres".

Le procès de Farida Belghoul sur la pratique de la théorie du genre reporté

En 2014, suite à un appel de la militante Farida Belghoul, des dizaines de parents ont retiré leurs enfants de l'école. Un boycott afin de protester contre la théorie du genre, présumée enseignée obligatoirement, dans les établissements scolaires. Des parents pensaient que la théorie pouvait influencer les garçons à devenir des filles, et des filles à devenir des garçons. Ces rumeurs ont été alimentés par un cas à part. Une enseignante accusé de "pratiquer la théorie du genre" à l'école. Un garçon de 4 ans dit avoir été contraint ainsi qu'à une camarade de classe, de se déshabiller et de se toucher les parties génitales. Farida Belghoul, condamné pour complicité de diffamation envers cette enseignante, a fait appel. Hier, la cour d'appel d'Orléans à renvoyé l'affaire au 5 décembre 2016. Pour cause, le compte rendus de la défense n'a pas été envoyé à la partie adverse à temps. #LePape #TheorieDuGenre #NajetValaudBelkacem