Dans cette Bibliothèque de l’amour avez-vous pensé à vous manifester dans d’autres villes ?

Oui, mon but est de faire vivre ce projet à Paris et ailleurs dans le monde. C’est justement en m’inspirant de la phrase d’Alfred de Musset : « le seul vrai langage au monde est un baiser », que j’ai voulu montrer la dimension universelle du baiser.

Quelles sont les villes que vous préférez et pourquoi ?

Mon prochain objectif est de le faire à New York pour le début de l’année prochaine et de faire vivre l’expérience directement là-bas, et pourquoi pas une projection de tous les couples New-Yorkais dans un endroit emblématique de la ville.

Publicité
Publicité

New York est pour moi une ville emblématique du Street-Art et bouillonne de tendances créatives.

''J'aime le plus travailler mes compositions''

Comment faites-vous la liaison entre le couple et la région particulière ? Est-ce que les noms des rues vous motivent à cet égard ?

J'aime garder le côté brut et spontané lorsque je crée. Souvent mon inspiration prend le dessus. Je repère des lieux, des façades, des bâtiments, des "Spots" comme on dit dans le milieu du Street art, qui pourraient devenir les futurs supports pouvant accueillir mes projections. J'aime également les surfaces texturées, fissurées, avec la présence de tags, ce sont des supports parfaits pour ma création car la lumière révèle ces imperfections. C'est avec cette approche que j'aime le plus travailler mes compositions en l'occurrence en laissant de la spontanéité.

Publicité

La question de redécouvrir la beauté fugace urbaine, abordée par vos projections, pourrait aussi inclure un projet littéraire ?

En effet, l’étape suivante serait de l’associer à une œuvre littéraire (textes, nouvelles, poème)…

La synthèse des lieux choisis quant à l’interaction avec les citoyens qui s’y trouvent par hasard, vous permet de reprendre en main l’image afin de travailler sur d’autres élaborations ?

Lorsque je fais des projections dans les rues, les gens viennent habituellement me voir, prennent quasi-toujours des photos de mes projections et souhaitent savoir quelle est ma démarche artistique.

Quand terminez-vous une image ?

Je filme les gens afin de créer un premier contenu qui va me servir à la projection. Je prends par la suite des photos de ces projections en vitesse d'obturation lente. C’est donc ma manière d’immortaliser mes œuvres éphémères.

Merci. #le_baiser #Paris culture #Tourisme