Vendredi soir  à Echirolles (Isère) un homme âgé de 51 ans a été abattu par la #Police. Selon un journal local, la fusillade reste à éclaircir rapporte le procureur de la République de #Grenoble. Cinq policiers ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête afin d’établir les faits, et si les policiers auraient bien réagi dans le cadre de la légitime défense. L’homme aurait menacé un voisin avec une machette. La police a été contactée en début de soirée pour une bagarre très violente entre deux voisins, dont la victime, à Echirolles, commune de la banlieue de Grenoble.

L’homme a menacé la police avec une arme !

Après l’appel, les policiers de la brigade anti-criminelle se déplace sur les lieux, où ils affrontent un homme complètement ivre et très agité. L'homme commence par menacer la police avec sa machette avant de sortir une arme d’alarme cachée et la pointe vers les représentants de l’ordre. Ces derniers se cachent derrière des boucliers balistiques avant d’ouvrir le feu sur le suspect,  confirme le procureur de la République, Jean-Yves Coquillat, qui affirme que l’homme avait pointé un objet ressemblant à une arme. Les cinq policiers auraient tiré cinq balles dont une qui a atteint l’homme à la têt,e le tuant sur place. Les policiers auraient ouvert le feu avec des fusils d’assaut et des armes automatiques. L’homme abattu est décrit comme forcené et dangereux, et les policiers expliquent qu’il était impossible de le neutraliser avec un pistolet électrique, affirmant que l'abattre était le seul moyen.

Une bavure policière , la famille dénonce 

"Pour moi, c'est une bavure, une grosse bavure. Vous vous rendez compte, cinq balles ils auraient pu le blesser, au lieu de le tuer directement" dit la veuve de l'homme abattu, affirmant aussi qu'il n'était pas méchant et que c'était un bon père de famille. L’affaire n’est pas terminée, poursuit la veuve effondrée, qui compte bien déposer une plainte et entamer des poursuites judiciaires. Le syndicat de police, quant à lui, appuie la légitime défense et exige que l’enquête se déroule loin de la polémique envers les policiers ces derniers jours. #Fait divers