Le groupe Les Glorieuses, un collectif féministe français, a appelé toutes les femmes françaises à protester contre les inégalités de salaire en France. Une #Grève se lancera donc à partir du 7 novembre 2016 à 16h34, heure et date à laquelle le groupe a défini l'arrêt de travail pour une égalité de rémunération. En effet, Les Glorieuses ont calculé que les femmes gagnaient en moyenne 15% de moins que les hommes pour un travail équivalent. Ces 15% d'écart de salaire correspondent à environ 38,2 jours dans l'année, soit 16,6% de temps de travail sur les 253 jours ouvrés par an. Un écart d'autant plus choquant que les femmes représentent pratiquement la moitié de la population active en France, à savoir 48% des travailleurs. A salaire égal, les françaises travaillent donc en moyenne 38 jours de plus que les hommes. Ces journées de travail sont considérées par le groupe comme "bénévoles" puisqu'en toute logique, les femmes ne sont pas payées pour le faire. Entre le 7 novembre et le 31 décembre 2016, les françaises sont donc appelées à faire la grève pour protester contre ces inégalités qui persistent encore et toujours en France. Une situation qui ne nous concerne pas uniquement, car le mouvement est déjà en marche en Islande et a été lancé depuis le 24 octobre.

Les françaises sont-elles toutes concernées ?

Les Glorieuses ont appelé également les associations féministes à faire des démarches pour lutter contre ces écarts. Si ces chiffres sont alarmants, il ne faut pas s'emballer pour autant. En effet, les inégalités ne touchent pas toutes les femmes ni tous les secteurs. Rappelons que l'entrée des femmes dans la population active ne date pas autant que l'on pourrait le croire, et que chaque année, les entreprises se mobilisent pour tenter de réduire ces écarts au maximum. Les inégalités se font de plus en plus rares, les associations féministes étant de plus en plus nombreuses. La part de femmes dans la population active se fait grandissante, sans oublier que les françaises sont, selon un récent classement, les plus ambitieuses du monde, signe que les plafonds de verre se brisent peu à peu.

Rien ne nous est inaccessible tant que l'on se bat. #féminisme #injustice