Le site catholique germanophone Kath (.net) est très aligné sur le Vatican et peu susceptible de dévier de la ligne œcuménique en sombrant dans l’islamophobie, mettons, secondaire. Il relaie pourtant le témoignage d’une traductrice de 39 ans, d’origines érythréennes, chrétienne évangélique, résidant outre-Rhin depuis 1991. Voici cinq ans, parlant couramment l’arabe, elle est devenue traductrice dans des centres d’hébergement de migrants, la plupart provenant du Moyen-Orient. Ce, sans faire mention de sa religion. Passant pour une musulmane, elle a pu prendre note de propos que ses collègues n’ont jamais l’occasion d’entendre. Et son témoignage est édifiant. ‘’La plupart sont éduqués, dotés d’expériences professionnelles, et ils se déclarent cosmopolites’’, dit-elle des réfugiés musulmans s’adressant aux autres traducteurs arabophones. Mais, en sa présence, ils ne se gênent pas de dire que ‘’l’Allemagne doit être islamisée’’. Les enfants de ces réfugiés sont éduqués selon ce principe et ‘’dans la haine des autres religions’’. Elle observe aussi que les enfants musulmans refusent de jouer avec d’autres, non-musulmans. Cette volonté d’imposer ses croyances n’est pas le fait de tous les #réfugiés musulmans provenant du Moyen-Orient, mais d’une forte majorité qui impose le silence aux autres. Voulant approfondir, la traductrice s’est rendue dans des mosquées, au contact de musulmanes. Qui ne se cachent pas de vouloir faire de nombreux enfants pour faire progresser la proportion des musulmans dans la population. Pire, rendre en retour le moindre service aux chrétiens offrant l’hospitalité est considéré haram, un péché.

Harcèlement des non-musulmans

Les associations allemandes comme Portes ouvertes (Francfort) recueillent aussi des témoignages de réfugiés chrétiens ou convertis qui déclarent subir un harcèlement constant et souvent des coups de la part de compatriotes musulmans. Soit ils se taisent, soit les traducteurs musulmans minimisent les faits, édulcorent les menaces. Parfois, ils font passer des chrétiens araméens pour des musulmans et leurs plaintes sont alors considérées comme l’expression de simples querelles de voisinage. Bien évidemment, des incidents se produisent dans les cuisines partagées des centres d’accueil et les réfugiés chrétiens doivent faire preuve de vigilance lorsqu’ils cuisinent. Les interprètes musulmans favorisent aussi leurs coreligionnaires lors des distributions de vêtements, les chrétiens étant appelés en dernier et non par ordre alphabétique. Divers cas de violences ont été notamment recensés à Brème (neuf avérés entre janv. 2015 et juin dernier). Mais les victimes, des chrétiens syriens, ont tu les agressions dont ils étaient l’objet. Peu de Länder, comme celui de Hesse, ont pris la mesure du problème de la cohabitation de réfugiés musulmans et chrétiens. Le Pr Heiner Bielefedt, rapporteur de l’Onu en Allemagne, est intervenu début novembre pour alerter sur la question. Les propos rapportés par l'interprète érythréenne ne sont pas que le fait de réfugiés ayant fui le califat de Daesh et qu'on pourrait considérer exfiltrés, mais de migrants de diverses origines (Moyen-Orient, Afghanistan, &c.). Lesquels deviennent majoritaires dans les mosquées allemandes et influent sur les mentalités, comme le relevait en France l'Institut Montaigne. #catholicisme #Islam