Décédé en mai dernier, Siné a fait preuve de longévité, alors qu’il allait mal depuis des années. Siné Hebdo (lancé à l’automne 2008), devenu #Siné mensuel (sept. 2011), n’allait pas trop fort depuis son adolescence. Passerait-il l’été et son numéro double daté juil.-août ? Et voici le numéro de novembre, le nº 58, sorti mercredi comme Le Canard. Le sommaire démontre qu’il fait preuve d’une belle vitalité. Quant aux finances, eh, de ce que j’en savais en mai dernier, c’est ric-rac. Mais je suis sûr de la résilience des principaux collaborateurs (et « trices »). C’est une famille sympathique dont personne n’a envie de s’éloigner… Chat, c'est sûr.

Nº 58, un sommaire musclé

Pour ce numéro de novembre, Léa Gasquet poursuit ses investigations sur l’état des prisons et centres de détention (maisons d’arrêt, centrales). « Construire des prisons coûte une fortune sans être efficace », conclut-elle, comparant avec les taux d’emprisonnement aux Pays-Bas ou en Italie. Connaissez-vous le gaz de couche ? Non pas celui des bébés ou des incontinents, mais le compagnon inférieur (en profondeur) du grisou ? Eh bien, dans les mines de charbon lorraines en déshérence, il est exploité selon des systèmes voisins de ceux du gaz de schiste (injection d’eau, puis séparation… fracturation hydraulique ou drains obliques). Or, les habitants du voisinage risquent de réelles affections durablement « affectueuses ». Blandine Flipo évoque European Gas Ltd. Et d’autres. Invité du mois, Tristant Nitot, fondateur de Mozilla Europe (Firefox, Thunderbird…). Il vous parle de ce que Google ou Facebook peuvent savoir sur chacun de nous. Tenez, pour prolonger, sur le site du mensuel, lisez « Data Gueule ». Hilarant… dans un premier temps… Claire Tourneur fait le point sur l’industrie nucléaire belge. Pas rassurant. J’vous dis cela, j’vous dis rien : cherchez Philopolis sur le site du Centre français des fonds et donations. C’est la filière de Vigi Gender (succursale de la Manif pour tous et consorts) pour que les contribuables financent ses activités par le biais de la défiscalisation des dons. David Ramasseul a pas mal récolté en solo sur Vigi Gender (eh, quand on a Tombeur pour patronyme, on s’autorise tout, et c’est à cela qu’on me reconnaît, hé). Pour les geeks, Adrien Ortavent revient sur le Hackaton où les grandes marques pillent les idées des ch’tis programmeurs (méridionaux itou).  Autre sujet : les procès des anti-pub (des détourneurs de publicité). Enfin, il est question d’un bouquin posthume de Siné aux éds de La Martinière. Siné, l’œil graphique (240 p.) ravira les graphistes et les anciens de l’École Estienne. Si vous ne pouvez l’acheter, faites-vous le prêter… Là, j’abrège (question rédactionnel). Passons aux illustrateurs. La couverture de Mix & Remix, génies des Alpages suisses, faite d’après photo floutée et à la mise au point macro, soit à mille lieues de ce qui convenait, montre un personnage genre individu du temps de Cro-Magnon (zut, la Licra, la LDH, va me traîner devant les tribunaux tel un vulgaire chroniqueur de Riposte Laïque), forcément énigmatique. Mais attendez-vous à savoir qu’il s’agit d’un certain Sarkozy, Nicolas. J’en suis sûr, vu que c’est moi qui leur a fourni le cliché, pris dans des conditions clandestines, sous le manteau. Kim Kardashian a aussi inspiré les caricaturistes (rien à cirer, mais je le glisse pour Google). Comme dit la demoiselle « Bonne lecture, et n’oubliez pas de parler de nous, on en a besoin ! ». Bon lectorat, Akela ! Allez, sois sympa, répond « Yahoo, mon p’tit loup » (non, ce n’est pas du ouaibe two ziro, c’est du Kipling, revisité Baden Powell). Au fait, chère Stéphane (Mercurio), merci de changer la formule et de me faire un prochain Siné mensuel au format 660×360 px. Sinon, il faut que je pille d’anciennes couv’ pour monter une illus’ conforme aux requisites de Blasting News (des Amerloques, à mon sens, qui ne doutent de rien). Mercurio, c’est pas italien, cela ? Alors, un format à l’italienne, hein ? #Presse #Siné