Les hôteliers l'ont depuis longtemps souhaité, c'est désormais chose faite : les plate-formes de mise en relation du type Airbnb devront procéder à une déclaration automatique au fisc des revenus de leurs utilisateurs. Cette déclaration doit permettre à l'administration fiscale d'alimenter la déclaration pré-remplie des contribuables et de calculer l'impôt dû en fonction des règles applicables à chaque catégorie de revenu. Cette avancée est bien entendu jugée nécessaire pour les organisations patronales représentant la profession d'hôtelier, telles que l'UMIH (Union des Métiers et des industries de l'Hôtellerie) ou encore le GNI (Groupe National des indépendants), puisqu'elles voient en ces structures une concurrence déloyale sur un marché déjà souffrant. En effet, depuis les actes de terrorisme frappant Paris et une crise économique qui n'en finit pas, les hôteliers évoquent des difficultés à maintenir leur chiffre d'affaires.

Publicité
Publicité

Pour les utilisateurs d'Airbnb, c'est un système très pratique qui permet de voyager en louant un logement offrant de belles prestations, tout en limitant son budget. Cette décision est jugée donc entrave au développement de l'économie collaborative.

Airbnb perd son bras de fer avec les hôteliers

Le Gouvernement a finalement fait pencher la balance en faveur des professionnels, dont l'argument principal est d'apporter un peu plus de transparence dans les pratiques de ces plate-formes. Les hôteliers se félicitent de cette décision et espèrent qu'elle portera un message pédagogique auprès des utilisateurs d'Airbnb, qui doivent désormais prendre leurs responsabilités. Pour autant, cette loi ne sera applicable qu'à partir de 2019, Airbnb a donc encore le temps de voir venir.

Publicité

Les députés ont aussi décidé d'atteindre Airbnb

En parallèle, les députés ont voté dans le budget de la Sécurité Sociale pour 2017, un article pour faire payer des cotisations sociales aux particuliers louant des biens via des plate-formes collaboratives telles qu'Airbnb au-délà d'un certain seuil de revenus (7720€ pour les biens meubles comme les voitures et 23000€ pour l'immobilier). #France #hotellerie #Tourisme