Oui... Vous avez bien lu ! Le problème aux #Etats-Unis, c'est que la liberté de parole (freedom of speech) est tellement précieuse qu'elle en devient discriminatoire. En effet, le First Amendment Defense Act, une proposition de loi qui a pour unique but de clamer haut et fort la suprématie du premier amendement de la Constitution américaine (celui sur la liberté de parole), sera proposée une seconde fois - cette loi a déjà été proposée en 2015 - et pourrait être signée par M. Trump dès son investiture en janvier 2017. Le problème de cette loi, vous l'aurez compris, c'est qu'elle se fiche de savoir ce que l'on a le droit de dire, puisque son but et de protéger la parole, n'importe quelle parole, même la plus haineuse et notamment le point de vue anti-mariage gay des groupes religieux (comme c'est clairement explicité dans la proposition de loi).

Publicité
Publicité

Des groupes de haine anti-LGBT de plus en plus nombreux aux USA

Bien entendu, cela n'impactera certainement pas que les homosexuels, mais les membres de la communauté #LGBT seront sûrement les premières victimes de cette loi.Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que les groupes de haine anti-LGBT n'ont jamais été aussi nombreux aux Etats-Unis. Ils se sont multipliés depuis quelques années, en réponse notamment à la légalisation dans tous les Etats des Etats-Unis du mariage pour les personnes du même sexe. En effet, le 26 juin 2015, la Cour suprême américaine décide que les couples du même sexe peuvent s'unir dans tous les Etats du pays, même ceux qui ne reconnaissaient pas jusque là le mariage homosexuel.

Pour résumer : si cette loi passe, ce qui est fort probable, les groupes religieux anti-gay n'auront plus aucune barrière juridique ni aucune loi qui les empêchera de prêcher la haine.

Publicité

N'importe qui pourra alors s'adonner à des actions discriminatoires sans aucun risque. Cela ne s'arrête pas au discours de haine. En effet, si le patron d'une entreprise est homophobe, il sera dans son droit le plus total s'il refuse par exemple d'embaucher un homme gay à cause de son orientation sexuelle. Les défenseurs de cette loi se cachent derrière "la liberté de culte" qu'ils comptent protéger contre vents et marées. Rappelons cependant que les musulmans américains n'ont jamais été autant discriminé cette année 2016 que depuis 2001 (suite aux attentats du 11 septembre). Ils ont d'ailleurs souvent été dans le viseur de #Donald Trump lors de sa campagne présidentielle.