François Bayrou a réagi après la dispense de peine dont a bénéficié la patronne du #FMI, #Christine Lagarde. ‘’D’autres, qui sont des exécutants, vont comparaître devant la justice pénale d’ici quelques mois’’, a-t-il rappelé. Dès les prémisses de l’affaire de l’arbitrage dont a bénéficié Bernard Tapie, au détriment des contribuables, le dirigeant du Modem avait dénoncé ‘’une escroquerie en bande organisée au sein de l’État’’. Dont, par étourderie, négligence, ou tromperie, l’ancienne ministre de l’Économie, à la mémoire chancelante, ne serait qu’indirectement responsable, mais non coupable, a estimé la Cour de justice de la République. Elle ne se voit sanctionnée que d’une petite tape sur les doigts, en attendant que les instances du FMI lui fassent pour la forme les gros yeux.

Publicité
Publicité

Elle est déclarée ‘’coupable de négligence’’ et tire la carte Retournez à Washington sans passer par la case prison ou devoir abonder la caisse de compensation. On lui passe le parapheur, elle y jette un œil distrait, comme sur toutes les pièces, rapports, notes, mémoires de ses services lui recommandant de stopper la procédure d’arbitrage, et elle signe et contresigne à la volée… Serait-elle trésorière-payeuse-générale que c’est sur ses biens propres qu’elle devrait rembourser. Mais elle était ministre, alors…

Impunité bien ordonnée…

Impunité bien ordonnée commence par soi-même et les élus siégeant à la Cour de justice ont donc considérée que la coupable mais non responsable avait la tête ailleurs, laissant filer 403 millions d’euros (dont 45 au titre du prix de la douleur, du préjudice moral) au profit d’un #Bernard Tapie qui avait davantage qu’elle-même ses entrées à l’Élysée du temps de Nicolas Sarkozy.

Publicité

Elle ne fut complice de rien… C’est ce qu’a défendu le procureur général Jean-Claude Marin qui laissait entendre qu’elle n’y était pour ‘’rien du tout’’. Alors qui ? Le seul Stéphane Richard, son directeur de cabinet (actuel Pdg d’Orange) qui n’a pas fait l’objet d’un mandat d’amener et a estimé par voie d’agences de presse qu’il n’était ‘’pas concerné par ce volet de l’affaire’’. Bref, l’intervention du Saint-Esprit a peut-être bénéficié aux époux Tapie, mais il n’est pas question de le condamner par contumace et il jouit de l’extraterritorialité. Mais la cour reconnaît la réalité d’un détournement de fonds publics du fait d’une ‘’escroquerie en bande organisée’’. Sur le volet pénal, on attendra peut-être que l’action judiciaire devienne caduque du fait du décès de certains intéressés et d’autres protagonistes joueront sans doute la montre. Claude Guéant n’est que témoin assisté pour complicité, Pierre Estoup et Me Maurice Lantourne, François Pérol trouveront sans doute les moyens de faire durer.

Publicité

On oubliera aussi de demander à François Fillon s’il avait été mis au parfum. Cela, alors que sous la présidence Hollande, un magistrat a été muté, ainsi que le patron de l’Agence de participation de l’État, et que le Bercy d’Emmanuel Macron ou de Michel Sapin ne s’est pas vraiment empressé de muscler le dossier. Comme le résumait pour le JDD le professeur de droit Thomas Clay, ‘’on a parfois l’impression que Bercy fait ce qu’il peut pour perdre’’. Et puis, comme Orange a l’intention de mettre la main sur une chaîne de télévision ou de se renforcer dans les médias, on ne voit guère une ou un candidat à la présidence s’empresser de faire des vagues. Christine Lagarde s’était déclarée abusée et non négligente. Abusée par qui ? La condamner sans conséquence (même pas une inscription au casier judiciaire) évite d’avoir à se poser trop profond la question. Le FMI ne se posera pas davantage la question de savoir comment une ex-avocate peut se laisser si facilement abuser : après tout, serait-ce pour cela qu’elle a vu son mandat être renouvelé… La garde ne se meurt pas davantage qu’elle se rend compte de quoi que ce soit.